Prix de l'immobilier : Les Notaires observent Paris brûler

26/05/2011 à 12:09 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : les Notaires observent Paris brûler
Prix de l'immobilier : Les Notaires observent Paris brûler

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Mais jusqu'où grimperont-ils ? Telle est la question qu'ont sans doute dû se poser les observateurs du marché immobilier en prenant connaissance de la dernière publication des Notaires d'Ile-de-France concernant les prix de l'immobilier. Ces derniers pourraient en effet atteindre les 8.000 euros du mètre carré d'ici à la fin du 2ème trimestre 2011.

C'est une bien mauvaise habitude que semble avoir adopté l'immobilier francilien au cours de ces derniers trimestres. S'il battait déjà des records en s'établissant à 7.030 euros au 3ème trimestre 2010 puis à 7.330 au 4ème, le prix du mètre carré parisien a poursuivi sa course en avant pour se porter, lors du 1er trimestre 2011, à 7.780 euros. Selon la dernière note de conjoncture de la Chambre des notaires d'Ile-de-France rendue publique ce jeudi 26 mai, la flambée de l'immobilier parisien pourrait bien ne pas s'arrêter et atteindre (voire dépasser) « le cap des 8.000 euros dans le courant du deuxième trimestre ».

Sur l'ensemble de la région Ile-de-France, les prix des appartements anciens affichent une progression annuelle (entre mars 2010 et mars 2011) de +16,5%. Si elle apparaît importante, cette hausse pâlit face à l'envolée de +20,8% enregistrée à Paris intra-muros. Quant aux maisons franciliennes, si elles se contentent d'une hausse de +8,3%, elles franchissent toutefois la barre symbolique des 300.000 euros pour s'établir à un prix de vente moyen de 302.200 euros. Tous logements confondus, le prix de l'immobilier ancien aura ainsi progressé de 13,6% entre les premiers trimestres 2010 et 2011.

Pour les Notaires, cette hausse des prix de l'immobilier « pourrait paraître paradoxale mais s'explique sans doute par une pénurie d'offre liée aux spécificités de la Capitale ». Concernant l'état du marché, « après une fin d'année exceptionnelle dopée par une conjonction de facteurs spécifiques » (notamment un niveau de taux de prêt immobilier extrêmement bas et l'apparition du PTZ Plus en lieu et place des diverses aides à l'achat existantes), les notaires observent en effet, pour ce 1er trimestre 2011, un fléchissement du volume de ventes à Paris (-4% par rapport au 1er trimestre 2010 tous logements confondus, -12% pour les appartements anciens).

Vos réactions

Immobilier - Prix de l'immobilier : Les Notaires observent Paris brûler

Noter cet article :

2 1

Par eh oui -

Et bien oui, le marché commence à se bloquer. Les prix élevés réduisent le nombre d'acheteurs potentiels, et donc en final le nombre de transactions.

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Prix de l'immobilier : Les Notaires observent Paris brûler

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page