Immobilier : Paris renoue avec la hausse des prix

10/02/2014 à 11:52 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : Paris renoue avec la hausse des prix
Immobilier : Paris renoue avec la hausse des prix

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dans son dernier baromètre des prix, le courtier immobilier Meilleurs Agents.com constate la sensible progression affichée par les logements franciliens durant ces premières semaines de l'année 2014. Une situation qui, si elle s'inscrit en contradiction avec la tendance baissière en vigueur actuellement, s'explique notamment par la qualité des biens mis en vente.

Hausse surprise des prix de l'immobilier

Sur l'ensemble de l'exercice 2014, les prix de l'immobilier devraient accuser un repli compris entre -3 et -5%. Si ce scénario a de quoi réjouir les candidats à l'achat, cela ne signifie pas pour autant qu'une baisse progressive et constante doit nécessairement être observée. Preuve en est le dernier baromètre des prix publié par le courtier qui crée aujourd'hui la surprise en évoquant une remontée des prix opérée en Ile-de-France.

Le mois de janvier a ainsi interrompu une longue période baissière (6 mois) en enregistrant une légère progression des prix de l'immobilier. Dans le détail, le prix moyen des logements a cru de +0,3% à Paris (hausse s'établissant même à +0,5% pour les biens de surface modeste), de +0,2% en Grande Couronne et de +0,4% en Petite Couronne.

Immobilier : la qualité se paie

Sans remettre en question les perspectives de baisse sur le long terme, les ite immobilier évoque différents facteurs à même d'expliquer ce revirement (passager ?) de situation. Si le courtier fait ainsi état d'une évolution somme toute attendue en cette période de l'année, Sébastien de Lafond, son président, attribue cette hausse des prix aux caractéristiques des biens cédés. "C'est surtout l'effet qualité qui joue à plein", souligne-t-il. "En période d'euphorie, tous les prix montent, quelle que soit la qualité des biens. Quand la demande fléchit, les biens de meilleure qualité baissent peu. A contrario, les biens les moins attractifs doivent afficher des baisses beaucoup plus fortes pour attirer les acheteurs. Ceci est difficile à accepter pour beaucoup de vendeurs. L'immobilier francilien est actuellement dans cette situation". En d'autres termes, à défaut d'une correction plus importante des logements moins bien côtés, ceux de qualité (représentant une grande partie des transactions) pèsent de tout leur poids sur l'évolution des prix.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page