Immobilier : pas de bouleversement à attendre pour 2014

23/10/2013 à 12:02 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : pas de bouleversement à attendre pour 2014
Immobilier : pas de bouleversement à attendre pour 2014

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Selon une étude du Crédit Agricole Immobilier dévoilée le 21 octobre, les mois à venir devraient être le théâtre d'un ajustement somme toute très limité du marché immobilier. Un "atterrissage en douceur" au sein duquel devraient se mêler repli des ventes, baisse des prix et progression des taux de crédit.

Les partisans d'un retournement brutal de l'immobilier risquent fort de ne pas goûter la dernière publication dévoilée par le Crédit Agricole. En effet, s'il faut en croire l'étude, "l'exception française se confirme", le marché échappant à cette correction sévère tant espérée par ces derniers. depuis maintenant plus d'un an, les différents facteurs susceptibles d'influer durablement sur le marché semblent se neutraliser mutuellement. "D'un côté, la stagnation économique, les mesures fiscales et la surévaluation des prix tirent la demande à la baisse. De l'autre, les fondamentaux, en matière de demande de logements, d'offre de logements et d'offre de crédit, empêchent la mise en place d'une spirale baissière marquée", nous explique-t-on ainsi.

Concrètement, si le volume de ventes observé en 2013 s'affiche en sensible progression par rapport à 2012, il devrait toutefois se stabiliser en ce qui concerne les logements neufs et accuser un repli de -6% dans l'ancien (avant une stabilisation probable attendue en 2014).

Sur le front des prix, l'étude note qu'au deuxième trimestre 2013, le marché du neuf a enregistré un recul annuel de l'ordre de -2,7%. Un mouvement qui "reste pour l'instant modérée, compte tenu notamment de la nécessité d'amortir les hausses de coûts de production" (normes environnementales notamment) mais qui devrait toutefois se poursuivre au cours des prochains mois. Quant aux prix des logements anciens, ceux-ci pourraient afficher une baisse avoisinant les 4 à 5% en 2014.

Si la baisse des prix devrait donc être relativement modérée, il devrait en aller de même en ce qui concerne la progression des taux de crédit immobilier. Ces deux éléments se compensant mutuellement, le Crédit Agricole mise donc sur une remontée graduelle des taux d'emprunt pour la fin 2013 et se poursuivant en 2014.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page