Immobilier : pas de hausse des loyers au 2ème trimestre

16/04/2015 à 16:13 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : pas de hausse des loyers au 2ème trimestre
Immobilier : pas de hausse des loyers au 2ème trimestre

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Les loyers n'augmenteront pas (ou très peu) au 2ème trimestre 2015. Dévoilée ce jeudi, la progression du dernier indice de référence des loyers se révèle en effet anecdotique (+0,15%).

L'indice de référence des loyers évolue très faiblement

En décembre dernier, un sondage mené par le groupe PAP révélait que plus de huit locataires sur 10 (86% pour être précis) considéraient le loyer fixé par leur propriétaire comme bien trop élevé. Ceux-ci seront donc ravis d'apprendre qu'ils n'auront pas à subir d'augmentation significative durant ce deuxième trimestre 2015. Ce jeudi, l'Insee vient en effet de rendre public son indice de référence des loyers (IRL) du 1er trimestre 2015 (celui-là même qui servira de base de calcul aux révisions des baux pour les trois mois à venir). Selon l'institut, sur un an l'IRL n'aurait ainsi enregistré qu'une progression minime de l'ordre de +0,15% et s'établirait désormais à 125,19 points (soit l'équivalent d'une hausse de 9 centimes sur un loyer de 650 euros).

IRL : la plus faible progression depuis 5 ans

Si son évolution apparaît donc anecdotique, la nouvelle n'en reste pas moins d'importance puisqu'il faut remonter au 1er trimestre 2010 pour retrouver une progression de l'IRL plus faible que celle publiée aujourd'hui (l'indice affichait alors une hausse de +0,09%). L'érosion de l'indice des loyers poursuit donc sa marche en avant et ce, pour le plus grand bonheur des candidats à la location (et pour ceux dont la date de renouvellement de bail approche). Si elle reste toujours positive (la dernière baisse de l'indice remontant au 4ème trimestre 2009), l'évolution affichée par l'IRL marque le pas chaque trimestre depuis maintenant le début de l'année 2012 (+2,24%). A titre de comparaison, il y a tout juste un an, les locataires avaient dû composer avec un IRL progressant de +0,60%.

Pour rappel, l'IRL permet de calculer la hausse maximale (ou la baisse le cas échéant) qui pourra être appliquée aux nouvelles locations ou aux baux devant être renouvelés au cours du trimestre suivant.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page