Rénovation écologique et logements indignes : les deux croisades de Benoist Apparu

23/10/2009 à 11:48 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : priorité à l'écologie et à l'insalubrité
Rénovation écologique et logements indignes : les deux croisades de Benoist Apparu

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Ce jeudi 22 octobre 2009, Benoist Apparu était présent lors des 10èmes entretiens de l'ANAH (l'Agence nationale de l'habitat). L'occasion pour le secrétaire d'Etat au Logement et à l'Urbanisme de renforcer le caractère prioritaire des deux axes de travail que sont l'impact environnemental du parc immobilier et la lutte contre les logements indignes.

Benoist Apparu n'a pas attendu longtemps avant de poser son empreinte sur les 10èmes entretiens de l'ANAH qui se tenaient ce jeudi 22 octobre. Dès le matin le secrétaire d'Etat au Logement déclarait : « deux objectifs sont pour moi prioritaires et l'ANAH est le bras armé de l'Etat pour les atteindre ». Une entrée en matière laissant clairement entrevoir ce que Benoist Apparu attend de l'Agence nationale de l'habitat, à savoir son soutien inconditionnel dans la poursuite de ces deux grands thèmes de bataille du moment : développer la rénovation écologique de l'immobilier et éradiquer les logements dits « indignes ». « Sur ces deux chantiers, les Français attendent de nous une action précise et efficace », a précisé le secrétaire d'Etat.

Sur le volet environnemental, Benoist Apparu entend bien promouvoir les aides financières distribuées par l'ANAH. Pour l'heure, seuls 25.000 propriétaires auraient eu recours à l'Ecosubvention pour rénover leur bien immobilier (subvention finançant de 20 à 25% du montant des travaux dans la limite de 13.000 euros). Un nombre jugé trop faible au regard des 50.000 attendus en début d'année. Principal frein au développement de l'Ecosubvention : le public restreint auquel elle s'adresse. Soumis à un plafond de ressources, le propriétaire souhaitant bénéficier de l'aide financière de l'Agence doit en effet présenter un revenu annuel imposable limité à 16.398 euros en province et 23.768 euros à Paris. « Pour toucher ce public modeste, il faudra adapter les outils de financement », a estimé Benoist Apparu.

Simplification et efficacité apparaissent donc aujourd'hui comme les mots d'ordre « afin d'accélérer le lancement des travaux par les bénéficiaires ». Dans cette optique, l'ANAH devrait disposer d'une enveloppe budgétaire de 200 millions d'euros qu'elle pourra allouer en 2009 et 2010 à la rénovation thermique du parc immobilier.

Concernant les logements indignes, 210 millions d'euros ont d'ores et déjà été versés à l'Agence. Le gouvernement devrait faire un geste supplémentaire puisque, comme l'explique le secrétaire d'Etat, « un budget de 257 millions d'euros est prévu pour cela, soit près de la moitié du budget d'intervention de l'Anah ». En contrepartie, Benoist Apparu fixe comme objectif la rénovation de 23.000 logements en 2010.

Vos réactions

Immobilier - Rénovation écologique et logements indignes : les deux croisades de Benoist Apparu

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Rénovation écologique et logements indignes : les deux croisades de Benoist Apparu

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page