Immobilier : quand acquisition rime avec concessions

31/03/2014 à 16:43 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : quand acquisition rime avec concessions
Immobilier : quand acquisition rime avec concessions

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si, à l'aube de leur projet immobilier, les candidats à l'achat s'imaginent poser leur valise dans le logement de leur rêve, bon nombre d'entre eux sont rapidement rattrapés par la réalité. Dans une publication dévoilée ce lundi 31 mars, le Crédit Foncier revient en effet sur les nombreuses concessions auxquelles les français doivent bien souvent se plier pour accéder à la propriété.

Immobilier : acheter plus loin et plus petit

Baptisée "Parcours d'acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité", la dernière étude réalisée par le Crédit Foncier et dévoilée en préambule du salon national de l'immobilier tente de déterminer si les français occupent aujourd'hui le logement qu'ils avaient idéalisé avant de devenir propriétaires. Une interrogation à laquelle une bonne partie des sondés (3700 personnes) ont répondu par la négative. En effet, 61% des propriétaires interrogées avouent avoir dû revoir leur projet initial et consentir à faire l'impasse sur quelques points parfois importants (une proportion qui passe même à 76% dans la capitale). Pour 21% d'entre eux, le bien acheté se situe ainsi en dehors de la zone géographique au sein de laquelle ils désiraient s'installer. 20% déclarent également avoir porté leur choix sur un logement plus petit.

Loyer et aménagement au centre des préoccupations

Face à des prix de l'immobilier qui n'ont connu qu'une correction somme toute mesurée, les candidats à l'achat on donc dû revoir leurs prétentions à la baisse. Et pourtant, si l'on en croit le Crédit Foncier, 65% des propriétaires ont réussi à négocier une réduction de près de 8% du prix initial de vente. Dans le détail, les concessions faites par les acquéreurs sont principalement motivées par le soucis de ne plus payer de loyer à perte (41%), de devenir enfin propriétaire de sa résidence principale (41%) ou encore de procéder aux rénovations et aux aménagements comme bon leur semble (40%).

Un tiers des français dépassent leur budget

Si la maison devance très nettement l'appartement au rang des biens les plus convoités, pour l'acquérir les français ont également dû revoir leur budget. Un budget dépassé de près de 10% par 29% des sondés et se traduisant notamment par la souscription d'un crédit immobilier plus long (pour 32% d'entre eux) dans le cas de ménages modestes ou par un accroissement des mensualités pour les plus aisés (35%).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page