Immobilier : taxe foncière, une flambée insupportable !

16/10/2015 à 11:31 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : taxe foncière, une flambée insupportable !
Immobilier : taxe foncière, une flambée insupportable !

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Selon la dernière étude de l'UNPI, la taxe foncière a affiché une insolente progression depuis 2009. Une flambée de la fiscalité qui met à mal les propriétaires mais également le marché.

La taxe foncière flambe une fois de plus

Alors que les propriétaires français viennent tout juste de s'acquitter de leur taxe foncière, les publications dénonçant une hausse exagérée de cet impôt ne cessent de se multiplier. Dernière en date, une enquête menée par l'UNPI (l'Union Nationale de la Propriété Immobilière) révèle qu'entre 2009 et 2014, la taxe foncière a progressé de 16,42% (soit nettement plus que les +6,5% d'inflation sur la même période). Plus inquiétant encore, « dans les 50 plus grandes villes de France, la taxe foncière a augmenté deux fois plus en 2015 qu'en 2014 (hausse annuelle de 2,22 % contre 1,13 % en 2014) ». Dans ces villes, le taux d'imposition moyen s'établit désormais à 40,80%. L'UNPI estime ainsi que « ces mauvais résultats tendent à annuler toute idée de prise de conscience et font craindre le pire pour l'avenir ». Si les causes d'une telle envolée sont connues (révision à la hausse des valeurs locatives et baisse de la dotation de l'Etat notamment), c'est surtout son impact sur le budget des ménages qui préoccupe l'association.

Quand la taxe foncière malmène les propriétaires

Les propriétaires d'un bien immobilier ne sont en effet pas tous logés à la même enseigne. Alors que certains n'ont constaté qu'un renchérissement relativement mesuré de leur fiscalité(le taux de taxe ne s'élevant qu'à 9,98% à Neuilly-sur-Seine et à 13,50% à Paris), beaucoup doivent en revanche composer avec un niveau de taxe exceptionnellement élevé. Le taux d'imposition atteint ainsi 40,62% à Lille, 54% à Angers, 55,87% à Amiens et jusqu'à un impressionnant 93,18% à Fontanès-de-Sault (commune la moins peuplée de l'Aude, ne comptant que 4 habitants…).

Pour les propriétaires concernés, une telle situation a de quoi rapidement devenir intenable. Evoquant « le dérapage insupportable de la taxe foncière », Jean Perrin, président de l'UNPI, note en effet que « celle-ci pèse de plus en plus lourd sur le budget des ménages, allant même jusqu'à représenter plusieurs mois de loyer, de salaire, ou de retraite ».

Le marché immobilier mis à mal par une fiscalité excessive

Les propriétaires ne sont d'ailleurs pas les seuls à pâtir de cette flambée de la taxe foncière. Le marché immobilier lui-même pourrait en subir les conséquences. Si, pour pouvoir s'acquitter d'une taxe toujours plus conséquente, certains propriétaires seront forcés de faire l'impasse sur des dépenses pourtant indispensables (celles concernant l'entretien des logements par exemple), les candidats à l'achat disposant de revenus modestes risquent pour leur part de renoncer à leur rêve de propriété. Quant à l'investissement locatif actuellement en très grande forme, il pourrait lui aussi céder sous les coups de boutoir qu'une fiscalité excessive assènera à sa rentabilité.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page