Immobilier : un bilan 2014 sous le signe de la baisse

06/01/2015 à 14:13 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : un bilan 2014 sous le signe de la baisse
Immobilier : un bilan 2014 sous le signe de la baisse

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Ce lundi 5 décembre, le réseau Century 21 dressait le bilan d'une année 2014 marquée notamment par une correction un peu plus soutenue des prix de l'immobilier.

La baisse des prix s'accélère pour l'immobilier

La chute brutale des prix que certains attendaient n'aura certes pas eu lieu mais pour le réseau d'agences immobilières Century 21, l'affaire est entendue : comme lors des deux exercices précédents, 2014 s'est révélée être une année résolument baissière. Une baisse qui se sera finalement faite remarquer sur tous les fronts de l'immobilier (taux de crédit, prix, volumes de ventes). Dans sa dernière note de conjoncture le réseau d'agence immobilière constate que le prix moyen des logements anciens s'est replié de -2,8% sur l'ensemble de l'exercice 2014 (à l'échelle nationale). Dans le détail, le prix moyen d'un logement s'établit aujourd'hui à 2496 euros par m².

Selon Laurent Vimont, président du réseau, « les vendeurs ayant compris que l'attentisme ne ferait pas leurs affaires », ceux-ci ont révisé leurs prétentions à la baisse. Une prise de conscience qui offre un nouvel élan à une correction des prix engagée depuis près de trois ans maintenant. « Au plan national, cela fait trois ans que les prix baissent, ayant perdu 1,9 % en 2012, puis 1,8 % en 2013, encore 2,8 %, en moyenne, en 2014, et jusqu'à 10 % sur les derniers mois de l'année », note l'agent immobilier. Concrètement, si les prix restent encore largement surévalués pour certains, ils se sont toutefois repliés de -7,2% depuis 2011. A noter que la capitale continue de faire figure d'exception en affichant un prix moyen en très légère progression (+0,5% sur l'année).

Les taux bas ont freiné la chute des transactions

En 2014, les candidats à l'achat immobilier ont donc pu profiter de prix orientés à la baisse mais aussi et surtout de conditions d'emprunt tout à fait exceptionnelles. Si l'attentisme des acheteurs auraient pu porter un sérieux coup au marché, celui-ci semble avoir réussi à se maintenir grâce notamment à l'attractivité historique des taux de crédit. Dans le détail, le volume de ventes recensées sur l'année par le réseau n'aurait ainsi cédé que -2,7%. « Alors que, de janvier à juin, nous enregistrions une baisse du nombre de transactions, l'activité a rebondi, à l'automne et nous achevons l'année sur un total de 720 000 ventes, soit à peine 10 % de moins que les très bonnes années, à 800 000 transactions ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page