La hausse des taux plonge l'immobilier dans la crise

04/07/2008 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Immobilier : une hausse des taux fatale
Si l'augmentation du principal taux directeur de la BCE a pour objectif de stabiliser les prix à la consommation, elle précipite néanmoins le retournement du marché immobilier.

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

C'est une première depuis juin 2007, la Banque Centrale Européenne (BCE) a annoncé hier qu'elle augmentait son principal taux directeur de 0,25%.

4,25%, c'est désormais le chiffre associé au principal taux directeur de la BCE, celui auquel les banques peuvent se refinancer en dernier ressort, celui en fonction duquel elles ajustent leurs propres taux d'intérêt, notamment ceux du crédit immobilier. Jean-Claude Trichet, président de la BCE a donc fait ce qu'il avait annoncé et pourtant rares furent les actions de la BCE autant discutées, voire contestées. Politiques, économistes et industriels font pour une fois front commun contre la dernière manoeuvre de la BCE. En effet, bon nombres d'analystes considèrent que cette hausse du taux ne pourra qu'engendrer un ralentissement de l'activité économique : le coût et la rareté du crédit vont pousser particuliers comme industriels à suspendre certains projets comme, par exemple, l'acquisition d'un bien immobilier.

Le relèvement du principal taux directeur n'a pourtant rien d'absurde et s'inscrit dans la politique rigide certes mais logique de la BCE. Cette dernière a pour mission d'assurer la stabilité monétaire de l'Europe donc de lutter contre l'inflation. Or, les dirigeants de la Banque Centrale Européenne, Jean-Claude Trichet en tête, estiment aujourd'hui sérieux le risque d'inflation généralisée. L'ajustement du taux répond ainsi à une hausse record de l'inflation (4% en taux annuel) dans la zone euro induite par l'envolée des cours du pétrole et des matières premières.

Concernant le secteur immobilier, les professionnels ont redouté des semaines durant cette décision de la BCE qui donne le signal à une nouvelle élévation du coût du crédit immobilier. Pour un marché actuellement en forte baisse, la remontée des taux signifie également un retournement du marché immobilier accéléré. L'inflation a entamé le pouvoir d'achat des particuliers et par conséquent leur capacité d'achat immobilier. En augmentant son taux directeur et par voie de conséquence ceux appliqués à un prêt immobilier, Jean-Claude Trichet espère bien pousser les prix des logements à la baisse. Les établissements bancaires n'ont d'ailleurs pas attendu l'annonce de la BCE pour relever leurs barèmes, comme l'explique Geoffroy Bragadir, le fondateur du courtier en ligne : « depuis une quinzaine de jours, les taux d'intérêt des prêts immobiliers sur vingt ans ont atteint le cap de 5%, en enregistrant des hausses de l'ordre de 0,20% entre début mai et la mi-juin ».

Le président de la BCE ne s'est jamais caché de considérer les prix pratiqués en Europe comme surévalués, notamment en France et en Espagne. Près d'un million d'appartements seraient d'ailleurs à vendre en Espagne. Un marché de l'offre en croissance constante, rien de mieux pour tirer les prix vers le bas et réjouir les acheteurs potentiels. Quant aux vendeurs, parfois obligés de vendre leur logement pour pouvoir rembourser leur crédit immobilier, la grise mine est de rigueur face à un prix moyen au mètre carré glissant sur une courbe descendante.

Howard Archer, économiste de Global Insight, précise : « nous pensons que 4,25 % constituera un sommet pour les taux d'intérêt, car l'économie de la zone euro va continuer à ralentir dans les prochains mois. En outre, les marchés du travail vont être moins tendus, ce qui va réduire le pouvoir de négociation des salariés ». La BCE ne semble d'ailleurs pas envisager une nouvelle hausse des taux après celle d'hier. Le recul du marché immobilier en France et dans les autres pays européens ne fait toutefois que commencer, comme le souligne Sylvain Broyer, économiste à Natixis : « Le resserrement de la politique monétaire en Europe n'a pas encore produit tous ses effets ».

Vos réactions

Crédit immobilier - La hausse des taux plonge l'immobilier dans la crise

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - La hausse des taux plonge l'immobilier dans la crise

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page