Immobilier : quatre années de crise en perspective

19/04/2012 à 14:36 - Immobilier - Par - Réagir

Immobilier : vers quatre années de crise
Immobilier : quatre années de crise en perspective

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Selon une étude du Crédit Agricole le marché immobilier est en train de se retourner. Une situation qui va durer au moins jusqu'en 2016 avec une baisse graduelle des ventes de logements et une diminution des prix.

Les prévisions du Crédit Agricole ne sont pas de bon augure. Dans une étude réalisée par Olivier Eluère, corédacteur en chef des études économiques du Crédit Agricole, la banque confirme que le marché immobilier est en train de se retourner et que cette situation risque de durer de trois à quatre ans. Une bonne nouvelle tout de même, ce ne sera pas un effondrement brutal du marché, mais un ralentissement « lent et graduel ». Les professionnels de l'immobilier ont donc le temps de s'y préparer. Les premiers effets du retournement du marché se feront d'ailleurs déjà sentir en 2012. Le crédit agricole annonce donc une baisse possible de 10% pour les ventes de logements anciens et de 15% pour celles des logements neufs.

Conséquence directe de cette diminution des transactions, les prix devraient également reculer, mais moins vite que les ventes. Ainsi, Olivier Eluère table sur un repli des prix de 6% dans l'ancien, mais une stabilité dans le marché du neuf. Cette baisse des prix devrait continuer jusqu'en 2013, voire 2016. Les tarifs des logements anciens reculeraient de près de « 12% entre 2011 et fin 2013 », selon l'économiste. La baisse des prix est primordiale pour assainir le marché et attirer de nouveau les investisseurs et les primo-accédants. En effet, selon le Crédit Agricole les prix du marché de l'ancien sont surévalués de 25% ; la baisse est donc inévitable.

Ce ralentissement du marché immobilier s'explique également par un contexte économique difficile qui, selon les prévisions de la banque, ne va pas s'améliorer. En 2012, la croissance économique restera au point mort et le chômage continuera d'augmenter. Quant au pouvoir d'achat des ménages il ne va pas croître, mais risque de stagner. A cela s'ajoute les dernières mesures politiques comme la fin des dispositifs fiscaux d'aides à l'investissement locatif, notamment le dispositif Scellier, un PTZ Plus (Prêt à Taux Zéro Plus) peu efficace depuis qu'il est réservé au neuf et une réforme des plus-values immobilières qui n'incite pas les propriétaires à vendre.

Dans un tel contexte tout laisse penser que le marché peut s'effondrer brutalement, mais pour Olivier Eluère, c'est « peu probable ». Pour l'économiste, l'immobilier reste et restera une valeur refuge pour les investisseurs, comparés aux actifs boursiers qui subissent encore les effets de la crise financière.

Mais ces prévisions pourraient être perturbées par les élections présidentielles. Pour l'instant, les particuliers restent dans l'attente de mesures concrètes pour les aider à acheter ou investir dans l'immobilier et ils ont repoussé leurs projets. En cas de mesures qui ne seront pas suffisamment fortes pour les aider à devenir propriétaires, ils pourraient continuer à attendre, voire renoncer à leur rêve de propriété. Une situation qui accélérera le retournement du marché immobilier et peut rendre la crise plus dure pour les professionnels.

Vos réactions

Immobilier - Immobilier : quatre années de crise en perspective

Noter cet article :

4 11

Par helios -

Je ne comprends pas pourquoi "les prévisions du Crédit Agricole ne sont pas de bon augure". Au contraire c'est une très bonne nouvelle que cette bulle immobilière éclate.
Etant donné que c'est inéluctable, le plus tot sera le mieux.

Lire la suite

Par Nathalie GRASSELLI -

Le Crédit Agricole accessoirement maison mère de Square Habitat n'aurait-il pas intérêt à affoler un peu le marché dans la mesure où les banques doivent reconstituer leurs actifs et que l'immobilier reste une des valeurs à moyen et long terme rentables et peu risquée ?
Et puis dans 5 ans on nous annoncera une pénurie de logements et une nouvelle flambée des prix ! Mais à qui donc profite le crime ?

Lire la suite

Par Pf -

Mais sur quoi se basent ces organismes ? Que peut on prédir sur l'avenir?
Même Madame soleil et monsieur météo se trompent alors les économistes qui n'ont pas vu arriver la crises .....

Lire la suite

Par caroline06 -

VOUS NOUS FATIGUEZ AVEC VOS INTOX !!!!

Tout cela n'est que manipulation parce que les banques veulent renflouer leurs actifs...., UNE FOIS DE PLUS !!!

En plus TOUS les produits immobiliers et toutes les régions n'ont
pas les mêmes valeurs !!!

On s'en fout de vos prévisions bidons !!!!

Lire la suite

Par app -

Bonjour,
Oui, le ralentissement des ventes est déjà là. Les ventes du neuf stopent.
La TVA de 19.6% encaissée rapidement sur toutes les ventes en neuf, (VEFA) aurait du encourager le gouvernement à continuer, la loi Scellier a fait l'objet d'une propagande injuste et n'aurait pas dû être associée à une "niche fiscale"
une réduction d'impôt sur 9 12 ou 15 ans
Comment l'état, déjà trop endetté, pourrait dans les prochaines années construire des logements tant espérés? Combien d'emplois cette soit disant niche fiscale avait créé? Ne dit on pas " quand le bâtiment va tout va!
Aujourd'hui, les employés du bâtiment vont pointer, je reçois régulièrement des artisants qui sollicitent du travail alors qu'il y a 2 ans, on ne trouvait pas un plombier, un couvreur, un électricien de disponible.

Lire la suite

Par djédjé -

Le crédit agricole dit quoi !!! mais on va tous mourir...de rire.

Lire la suite

Par Matt -

Encore un article destiné à faire que les gens gardent bien au chaud leur argent placé en banque (qui ont besoin d'actifs) donc
les banques encadrent + les prets immo et decouragent beaucoup d'acheteurs. Je suis professionnel de l'immobilier sur Montpellier
et le marché se porterait mieux si les banques n'orientaient pas les clients par interet. De plus un léger fléchissement du volume des ventes dans l'ancien et plus prononcé sur le neuf.
Néanmoins les prix restent élévés (pour Montpellier sachant que chaque marché est différent)

Lire la suite

Par larsen -

Enfin on va pouvoir investir, et se gaver c est ca le business acheter quand c est petit petit et revendre une fois grand.

Lire la suite

Par hababab -

c'est tous des commerçants et des menteurs ils font tout pour pouvoir trouver de quoi écrire et nous faire rêver

Lire la suite

Par Nathalie GRASSELLI -

Cher Abdel,
La crise des sub-primes a été enclenchée de la même façon que ce que nous préparent les banques à nouveaux si ce genre d'article est laissé sans réponse. Suite aux attentats du 11 septembre et à l'éclatement de la bulle internet, les investisseurs ont majoritairement plébiscités les actifs dits sécurisés comme l'immobilier et les obligations d'états qui avaient été un peu délaissés au profit d'investissements avec des rendements à plus courts termes ! L'emballement ayant fait boule de neige, ces actifs à leur tour ont été sur-valorisés et ont fait grossir une nouvelle bulle spéculative qui a éclaté parce que personne n'avait tenu compte d'une simple notion de base : l'élasticité des prix et le poids du budget logement dans les ménages ! Donc avec ce qu'étaient les taux d'intérêts à l'époque tout cela a explosé. Aujourd'hui Il est normal d'assister à un tassement du marché en attendant un hypothétique retour à la croissance. Par contre il est très important de juguler l'augmentation des taux d'intérêts tout en diminuant le risque de couverture pour qu'il revienne moins cher. Par contre il est anormal, et plus particulièrement dans ce type d'article, de ne pas prendre le recul nécessaire et de s'en tenir à une étude réalisée par une entreprise juge et partie. De plus, les banques sous couverts de dégradation de notre AAA ou sous couvert de la "crise" ont cherché à manipuler l'opinion pour justifier de nouvelles hausses des taux d'intérêts. Désolée mais je ne cautionne pas !
Alors oui un homme averti en vaut deux à condition d'avoir les bonnes sources d'informations et le recul nécessaire sur un ensemble de données accessibles mais très rébarbatives à ingurgiter ! Ne nous laissons pas aller à la facilité ! Au passage j'ai trouvé vos contributions sensées, partagées et j'ai pu prendre un peu la température du marché. Bonne soirée.

Lire la suite

Par Maga -

Il faut peut-être attendre un peu
Bisous Papa

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Immobilier : quatre années de crise en perspective

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page