Patrimoine : le Grenelle de la fiscalité revient sur le devant de la scène

06/06/2011 à 11:53 - Immobilier - Par - Réagir

Jean-Louis Borloo relance le Grenelle de la fiscalité
Patrimoine : le Grenelle de la fiscalité revient sur le devant de la scène

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Ce lundi 6 juin 2011, l'Assemblée nationale est appelée à passer en revue la future réforme de la fiscalité. Interrogé par le journal Les Echos, Jean-Louis Borloo, président du Parti radical, profite de l'occasion pour replacer sur le devant de la scène son projet de « Grenelle de la fiscalité » que son éviction du gouvernement, en novembre 2010, semblait pourtant avoir tué dans l'oeuf.

Ce lundi 6 juin, les députés de tous bords sont appelés à se pencher sur le collectif budgétaire instituant la future réforme fiscale. Si la fiscalité du patrimoine, avec notamment la question de d'un nouvel impôt sur le revenu du patrimoine (IRP), la création d'une exit tax ou encore l'allègement de l'ISF, animera à n'en pas douter l'essentielle des discussions, Jean-Louis Borloo entend bien élargir les débats en remettant notamment au goût du jour son grand projet de « Grenelle de la fiscalité ».

Manifestant son soutien à l'intégration des oeuvres d'art dans le calcul de l'ISF, Jean-Louis Borloo a également réitéré, pour le quotidien Les Echos, son souhait de voir un éventuel « Grenelle de la fiscalité » mis sur pieds. Pour l'ancien ministre de l'Ecologie, « la fiscalité, avant d'être une technique, est le reflet d'un principe républicain : l'égalité, une égalité combinée à un objectif d'efficacité économique ». La tenue d'un « Grenelle de la fiscalité », calqué sur le Grenelle de l'environnement, permettrait selon lui une remise à plat globale du système fiscal français.

Tout savoir sur la défiscalisation.

Outre un impôt calculé à la fois sur les revenus du travail et du capital, Jean-Louis Borloo propose de « passer en revue toutes les niches, qui, rappelons-le, profitent trop souvent aux plus hauts revenus ». Jugeant le déficit budgétaire affiché aujourd'hui par l'Etat comme « immoral » et « injuste » car faisant peser « sur nos enfants les errements du présent », le président du Parti radical regrette que les revenus du capital soient moins imposés que ceux du travail. « Ce n'est pas normal. Il faut qu'ils soient traités de la même manière », s'insurge-t-il.

Vos réactions

Immobilier - Patrimoine : le Grenelle de la fiscalité revient sur le devant de la scène

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Patrimoine : le Grenelle de la fiscalité revient sur le devant de la scène

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page