Immobilier : l'Adil prône le maintien des aides à la pierre

19/06/2012 à 15:14 - Immobilier - Par - Réagir

L'Adil prône le maintien des aides à la pierre
Immobilier : l'Adil prône le maintien des aides à la pierre

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Accusées d'avoir alimenté la hausse des prix de l'immobilier, les aides publiques pour aider les particuliers à devenir propriétaires sont tout de même jugées indispensables pour soutenir le marché. L'Agence départementale d'information sur le logement de Paris (Adil 75) appelle donc à leur maintien.

Selon l'Adil 75, si les dispositifs publics d'incitation à l'achat comme le PTZ + (Prêt à taux zéro plus) n'avaient pas existé, le marché immobilier aurait chuté plus tôt à cause de la hausse continue des prix. En effet, sans soutien financier, de nombreux acquéreurs n'auraient pas eu les moyens d'acheter. C'est d'autant plus vrai pour les ménages aux revenus modestes mais aussi pour une partie de la classe moyenne, notamment à Paris.

Pourtant, les aides gouvernementales destinées à l'accession à la propriété ne sont pas complètement étrangères à la progression des prix. Elles ont permis aux vendeurs de fixer des tarifs élevés pour les biens immobiliers. Prix et niveaux de transactions étaient donc maintenus ce qui donnait l'illusion d'un marché en bonne santé, alors qu'il vivait sous perfusion grâce aux aides publiques.

Mais les aides à la pierre ne sont pas les seules responsables de l'explosion des prix. Le manque de construction, alors que la population augmentait, a contribué à la hausse vertigineuse de l'immobilier. Résultat, les aides publiques pour acheter ou investir restent indispensables. Pour certains observateurs enlever ces « perfusions » équivaudrait à tuer le marché.

Vendeurs et acheteurs se retrouveraient pénalisés. Actuellement, de nombreux primo-accédants se voient refuser l'accès aux banques car les prix frisent l'indécence. En 10 ans, le prix moyen pour un appartement a augmenté de 139% en France ; 175% si ce bien est situé à Paris ! Supprimer les aides ou les réduire, serait donc une catastrophe pour les acquéreurs éventuels.

L'Adil 75 souhaite non seulement que les aides soient maintenus mais aussi qu'elles soient pérennes. En d'autres termes, elle appelle le gouvernement à arrêter de modifier constamment les aides à la pierre, comme le PTZ+, qui depuis qu'il ne concerne que les logements neufs, n'est plus avantageux pour les primo-accédants (notons que le financement d'un logement ancien grâce au PTZ+ est depuis peu de nouveau possible, sous certaines conditions toutefois).

De même, la suppression du dispositif Scellier à la fin de l'année (voire dès juillet selon certaines sources) est considérée comme dangereuse, car cette mesure de soutien à l'investissement locatif a permis la construction de nombreux logements. L'Adil espère donc qu'un nouveau dispositif viendra remplacer le Scellier.

Il ne faut pourtant pas retomber dans les excès qui ont conduit à l'envolée des prix. Pour que les aides à l'accession à la propriété soient efficaces, il faut une baisse des prix. Un challenge que devra réussir le nouveau gouvernement s'il veut éviter une nouvelle flambée de l'immobilier.

Vos réactions

Immobilier - Immobilier : l'Adil prône le maintien des aides à la pierre

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Immobilier : l'Adil prône le maintien des aides à la pierre

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page