L'écologie fait-elle peser un risque sur l'immobilier ?

25/05/2012 à 13:48 - Immobilier - Par - Réagir

L'écologie fait-elle peser un risque sur l'immobilier ?
L'écologie fait-elle peser un risque sur l'immobilier ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Une semaine après la nomination du nouveau gouvernement, les professionnels de l'immobilier ne cachent pas leurs inquiétudes en ce qui concerne la future politique du logement qui sera mise en place. Au coeur de leurs préoccupations, l'inclinaison fortement écologique de la nouvelle ministre du Logement, Cécile Duflot.

Dans un communiqué de presse dévoilé récemment, François Gagnon en appelle directement à la ministre de l'Egalité du Territoire et du Logement. Le président du réseau d'agences immobilières ERA s'interroge sur la place qu'entend donner Cécile Duflot aux différentes normes énergétiques. S'il ne remet évidemment pas en cause leur existence, François Gagnon tire d'ores et déjà la sonnette d'alarme sur leur éventuelle utilisation excessive.

Selon lui, si inciter à la rénovation des logements découle d'une volonté environnementale louable, les pouvoirs publics doivent également être conscients que les économies d'énergie ainsi réalisées ne seront, dans la plupart des cas, pas suffisantes pour compenser le surcoût inhérent à de tels travaux.

« Avec la crise de 2008 et la désolvabilisation des ménages accédants, investisseurs ou locataires, le sujet du financement du surcoût, en soi important, est devenu crucial », souligne-t-il avant d'ajouter que les premiers touchés seront bien entendus les ménages les plus modestes qui se tournent par défaut vers l'achat de logements anciens bien trop énergivores.

Dans un contexte économique tendu, illustré par un accès au crédit immobilier de plus en plus restreint, François Gagnon estime que le coût supplémentaire nécessaire à l'acquisition d'un bien répondant aux normes énergétiques actuelles pourrait exclure bon nombre de ménages de l'accession à la propriété. « Il ne faudrait pas, en somme, que notre pays meure guéri, c'est-à-dire que tous les logements obéissent à des critères énergétiques exigeants, et que dans le même temps ils ne trouvent preneurs que parmi les plus riches », note-t-il ainsi.

Enfin, à l'heure où l'écologie semble prendre une importance croissante au sein des divers dispositifs de financement (tel que le prêt à taux zéro Plus ou, plus récemment, l'Aide de solidarité écologique), le président d'ERA met en garde contre une omniprésence « qui conduirait par exemple à conditionner désormais toute aide à un classement énergétique entre les lettres A et C ».

Vos réactions

Immobilier - L'écologie fait-elle peser un risque sur l'immobilier ?

Noter cet article :

3 4

Par pascal85 -

Bonjour
Vouloir effectivement faire du bâtiment passif coûte cher, surtout en France. Un article paru dernièrement dans le Moniteur montrait que les belges étaient beaucoup moins coûteux en la matière. Les artisans, architectes et promoteurs français ont du pain sur la planche pour arriver au niveau de nos voisins, mais il n'y a pas de raison que les coûts ne diminuent pas.
Pour les gens en précarité énergétique, l'Etat Providence pourrait instaurer un prêt à taux zéro pour ces ménages. Quand on sait qu'il ne faut pas forcément grand chose pour diviser par 2 la note de chauffage d'une maison faiblement isolée. Ces dépenses vont se transformer en économies d'énergie pour les ménages concernés.
Par contre, on parle beaucoup de logements énergivores, mais on parle peu des entreprises. Or s'il y a bien un domaine où les déperditions thermiques sont plétoriques, c'est bien dans les bâtiments tertiaires et industriels ! Et pourtant, ce n'est pas les plus compliqués à isoler... quand on veut.

Lire la suite

Par Nicolas -

Pas d'inquiétudes! Tout le monde doit faire un effort, et cela comprend également l'ERA. Cela ressemble surtout à du lobbying! Il n'y eu encore aucune proposition de Mme Duflot et déjà les agences commencent à paniquer!

Il est urgent d'attendre!

Lire la suite

Par lolivier69 -

Merci à l'auteur de cet article pour m'avoir... bien fait rigoler !

Car est-ce bien honnête de se plaindre de 5-10 % (allez, même 15% !) de surcoût environnemental et énergétique (rappelons que cela permet aussi de bénéficier de logements plus sains...) sans mentionner les 150% d'augmentation du prix de l'immobilier en 10 ans ? Et là sans aucun avantage pour l'acquéreur !... si ce n'est diminuer largement son pouvoir d'achat !
=> Alors QUI à largement désolvabilisé les acquéreurs potentiels ?

Dommage que nos gouvernants n'aient pas taxé ces plus-values à 75% (plus-values sans risque et sans intérêt sociétal, c'est bien plutôt le contraire §) sauf en cas de ré-investissement de ces plus-values dans l'amélioration environnementale et énergétique des bâtiments en question...

Lire la suite

Par JLR -

Bonjour.
Je crois que la vision de l'immobilier que vous avez est quelque peu erroné et je vais me justifier. Je suis ouvert a toute critique sur ma vision.
Je prend comme exemple mon cas. En effet, je suis en cours de construction d'une maison individuelle.
1) 1ere contrainte : LE FONCIER :
Nous sommes en charente-maritime à proximité de La Rochelle =5km. Ce n'est pas Paris, mais le foncier est cher. Nous avons acheté le terrain à 200¤ du M² fin 2010. Et je constate en 2012 sur la même commune que des terrains sont déjà à 300¤/M².
==> Quelle solution ?? ==> S'éloigner de La Rochelle (souvent de son lieu de travail) et par conséquent voir augmenter considérablement sa facture d'essence chaque mois. s'éloigner de 15/20km correspond à 150¤ de plus par mois d'essence. Ce que vous gagner sur le prix du terrain, vous le payer dans le transport. Nous savons tous que le prix du carburant ne va baisser (dans les 5 à 20 ans).

2) Construction économe :
Notre projet a été suivi par un architecte et nous avions l'ambition de faire une maison correspondant à la norme BBC / RT 2012. Celle qui sera en vigueur et obligatoire pour le neuf en 2013.
Très rapidement, compte tenu de notre budget, et de la part du foncier, nous avons dû y renoncer.
Les raisons :
- Ce n'est pas facile de mettre en oeuvre toutes les techniques nécessaires à la certification et de trouver des artisans compétent dans ce domaine, même si notre architecte nous guidait. Il est quasi impossible de faire de l’auto-construction puisque si vous souhaitez bénéficier des crédits d’impôts, respecter les normes et règles des organismes de certifications, il faut que ce soit un professionnel qui réalise les travaux.
- le coût : après de nombreuses recherches d'artisans compétent, nous avons chiffrer les deux solutions : BBC et non BBC mais très performant tout de même. La différence était de 22% exactement soit nous concernant 42000¤. Calcul rapide ==> économie d'énergie = 450¤/an. Il faut donc presque 100ans pour amortir sur surcoût à la construction.

Alors, je ne suis pas a plaindre en terme de ressource, mais j'imagine les primo-accédent avec des revenus "faible / modéré" devoir faire du BBC ==> IMPOSSIBLE.

On imagine alors que les prix vont baisser puisqu'il va y avoir une démocratisation du BBC.
FAUX !!!
Mon électricien m'expliquait avoir participé à des réunions de l'organisme de certification "PROMOTELEC". Voici ces conclusions.
Le marché est complétement fermé car PROMOTELEC a décidé du matériel qu'il fallait =
exemple =
VMC double flux ALDES. Pas d'autres. Pourquoi baisserait il leur prix s'il sont seul. Et si vous n'avez pas ce modèle là. Pas de certification.
Chauffe-eau = 3 marques = THERMOR / ATLANTIC (c'est le même groupe) et un 3eme dont je ne me souviens plus du nom. Et ce sera soit chauffe-eau thermodynamique, soit chauffe-eau solaire.
A titre de comparaison un chauffe-eau standard électrique de ces marques réputés hors pose coûte entre 300¤ et 750¤. Ceux qui seront imposés cout entre 3000¤ et 10000¤ suivant le volume et les techniques utilisés.
Programmateur et suivi de consommations = Une seule marque = DELTA DORE.

Donc le matériel coûte cher et ne va pas baisser tant que d'autres marques ne seront pas validés, labellisés par les organismes de certifications.
Il faut aussi rajouter aux matériels le bureau d'études thermiques (entre 1500¤ et 3500¤ par logement), et enfin, la main d'oeuvre. Et là attention !!! sur certains poste, on double presque le cout.
Exemple = l'étanchéité à l'air. Cela impose aux artisans 2 passages au lieu d'un seul. Par conséquent, vous doubler littéralement la main d'oeuvre. Pour ce qui nous concerné, la pose de pare-vapeur pour l’étanchéité à l'air coûté 8500¤ pour tous les murs et la toiture de la maison (élevé car nous avions une partie rénovation).


==> Alors, je l'affirme HAUT et FORT.
Le marché du neuf en France est mort pour les personnes ayant des petits budgets.
Le marché du neuf BBC / Passif, en France sera, soit réservé à une élite, soit ce sera des grands groupes tels que Bouygues, Nexity qui pourront tirer les prix et proposé des logements BBC. Mais dans quels conditions : logements petits, laids, collectifs et tous identiques dans des lotissements et éloignés des villes atractives dans lesquels vous aurez votre boulot.
Personnellement je ne veux pas que ma maison soit la même que toutes les maisons de ma rue.

Alors, ces personnes à petit budget vont se rabattre sur l'ancien, éloigné, et énergivores. Encore de l'accroissement de disparité.

Je dis donc un grand merci à M. Hollande pour son choix stratégique de mettre une bobo écolo à un ministère stratégique marquant les disparités et inégalités de la société française.

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - L'écologie fait-elle peser un risque sur l'immobilier ?

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page