L'Etat brade ses terrains pour faire baisser les prix

03/07/2014 à 07:19 - Immobilier - Par - Réagir

L'Etat brade ses terrains pour faire baisser les prix
L'Etat brade ses terrains pour faire baisser les prix

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Récemment nommé par Sylvia Pinel, la ministre du Logement, à la tête de la Commission nationale de l'aménagement, de l'urbanisme et du foncier, Thierry Repentin était l'invité de BFM Business ce mercredi 2 juillet. A cette occasion, celui qui fut le « Monsieur Logement » du candidat Hollande est revenu sur l'objectif ambitieux affiché par le gouvernement de construire 500.000 nouveaux logements et sur les façons d'y parvenir. Parmi celles-ci, Thierry Repentin s'est notamment attardé sur la cession des terrains de l'Etat.

Après avoir évoqué un encadrement des loyers qui ne constituerait nullement un frein à l'investissement locatif, le président de la Commission nationale de l'aménagement, de l'urbanisme et du foncier a donc abordé le rôle de cette nouvelle entité (fondée dans le cadre du plan de relance de la construction) et tout particulièrement l'une de ses principales missions, à savoir la libéralisation du foncier de l'Etat. Considérant le manque de terrains comme la « première cause de pénurie du marché », Thierry Repentin souligne toutefois dans cet entretien vidéo que « nous ne manquons pas de terrains constructibles pour faire les 500 000 logements dont la France a besoin, ces terrains existent, mais ils ne sont pas mis sur le marché. Il faut alors pour cela mettre en place des mesures incitatives ».

Sur le front de la libéralisation du foncier, si le gouvernement entend vendre ses terrains sous le prix du marché pour autoriser notamment la construction de logements sociaux, il travaillerait également à un élargissement du dispositif à des établissements publics tels que la SNCF, RFF (Réseau ferré de France), VNF (Voies navigables de France). Selon Thierry Repentin, ces derniers ont en effet « des propriétés disponibles, souvent bien placées, qui sont aujourd'hui inutilisées ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page