L'immobilier français est-il le plus surévalué du monde ?

21/05/2013 à 15:57 - Immobilier - Par - Réagir

L'immobilier français est-il le plus surévalué du monde ?
L'immobilier français est-il le plus surévalué du monde ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

En France, l'immobilier est cher, trop cher... S'il s'agit là pour beaucoup d'observateurs, qu'ils soient professionnels du secteur ou simple particulier, d'une évidence, une étude menée par le magazine The Economist revient sur cet état de fait en nous livrant quelques précisions.

Que l'on soit ou non en quête d'un bien immobilier à acquérir, il est une litanie qui ne souffre aucune contestation : les prix (comme les loyers) des logements français sont surévalués. Dans une récente enquête visant à porter un regard objectif sur l'évolution de l'immobilier au sein de divers pays du monde, The Economist dresse un portrait relativement peu flatteur du marché français. Si les prix ont certes progressé, en 2012, dans 12 des 18 états concernés par l'étude, la France se distingue comme étant celui où la déconnection entre prix de l'immobilier et revenus des ménages apparaît la plus importante.

Selon le magazine, en dépit d'une baisse globale de -1,7% recensée en 2012, les prix de l'immobilier français seraient donc largement surévalués. Pour nous en convaincre, The Economist s'appuie son analyse sur deux critères bien précis : le ratio prix-loyer et le ratio prix-revenu. S'il s'agit là de termes obscurs pour bon nombre de particuliers, le magazine précise qu'un ratio supérieur à ses moyennes historiques apparaît comme le signe d'un marché indéniablement surévalué. A l'inverse, un indicateur inférieur à ses moyennes historiques correspond à un marché sous-évalué.

Concernant le décalage entre prix des logements et loyers, la France s'adjuge la 5ème place de ce classement (39%), juste devant la Suède (31%) et la Grande-Bretagne (19%). Sans surprise, Hong Kong arrive largement en tête (81%), profitant d'un marché immobilier en plein boom.

Une fois n'est pas coutume, la France se distingue sur l'échiquier mondial en présentant le ratio prix-revenu le plus élevé (34%), devant les Pays-Bas (33%), le Canada (32%) et l'Australie (24%).

Vos réactions

Immobilier - L'immobilier français est-il le plus surévalué du monde ?

Noter cet article :

5 2

Par van obbergen francois -

Droit au logement

J’ai monté une société Batirenpaille avec pour objectif la construction d’une maison expérimentale passive à structure paille de 90 m2 pour un coût de l’ordre de 55.000¤ meublée -

Si l’on peut construire à ce prix, l’obstacle majeur reste le foncier. C’est pourquoi je reviens à une de mes vieilles rengaines, les vieux ça fini toujours par radoter, pire en citant ici un aîné, Michel Rocard. Sa proposition sur le mode de taxation du foncier trop simple sera d’évidence rejetée de toutes parts….

Reste qu’on s’aperçoit avec le temps que la plupart des idées de Michel étaient plutôt bonnes mais avaient 20 ans d’avance ou plus.

Action pour le Renouveau Socialiste

« Quelle gauche pour le XXIème siècle ? » (Page 26)

Paris, samedi 10 octobre 1998

Michel Rocard :

(…) je vais essayer de me faire comprendre avec 3 exemples vite dits :

Logement : le frein de la spéculation foncière (1)

« Déjà, dans les années 60, je me souviens d'une grande controverse avec mon très éminent ami et camarade de Parti, Pierre MENDES-FRANCE. C'était l'époque où le flot démographique faisait craquer toutes nos agglomérations et nous vivions dans un urbanisme qui devenait impossible à cause d'une spéculation urbaine effroyable. Pierre MENDES-FRANCE voulait municipaliser les sols, c'est-à-dire nationaliser au niveau local, rendre la gestion des sols complètement publique.je lui soutenais qu'aucune collectivité publique ne serait capable de régler cela correctement, Je défendais partout un exemple danois qui avait consisté simplement à mettre sur la propriété du sol une taxe lourde déclarative. I:Etat non policier, on ne va pas vérifier. Vous déclarez ce que vaut votre terrain et vous payez comme impôt un petit pourcentage de cette valeur. Simplement toutes les collectivités publiques ont un droit de préemption généralisé à n'importe quel cas : pour construire une école, faire passer une route voire lutter contre une tentation de hausse de prix. On vous requiert votre terrain, quelle valeur a-t-il ? Celle que vous lui avez donnée. Bien entendu. Vous l'avez sous-estimé? Ah, mon pauvre vieux, dommage, mais c'est ainsi !

Le mécanisme est auto-équilibrant. Une règle proposée avec l'autorité de l'Etat fait tomber le jeu des comportements individuels dans le sens de l'intérêt public ».

Peut-être un de nos parlementaires voudra-t-il s’emparer de cette proposition qui résoudrait pas mal de problèmes et casserait la spéculation. Taux d’imposition différents d’après classement des terrains (agricole, viabilisé, construit, entreprise…) prix engageant pour longue durée et indexés…

François Van Obbergen

Lire la suite

Par dom69 -

Que fait le gouvernement pour faire baisser les prix ??? Mais c'est vrai que c'est comme les radars....Ca rapporte trop !!!!

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - L'immobilier français est-il le plus surévalué du monde ?

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page