L'immobilier neuf est sauvé mais pas rassuré

09/11/2010 à 11:13 - Immobilier - Par - Réagir

L'immobilier neuf est sauvé mais pas rassuré
L'immobilier neuf est sauvé mais pas rassuré

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Moribonds en 2008, convalescents en 2009, les promoteurs retrouvent le sourire en 2010 en enregistrant une augmentation conséquente du nombre de ventes de logements neufs. Rassurés sur leur état de santé à court terme, ces professionnels de l'immobilier expriment toutefois quelques inquiétudes pour les années à venir.

« Nous avons tourné la page de la crise », s'est félicité Marc Pigeon, le président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), en constatant une reprise d'activité notable de ses adhérents. Avec quelques 53.606 biens immobiliers neufs vendus depuis le début de l'année, les promoteurs réalisent là un volume de transactions en hausse de 17% par rapport à la même période en 2009. « Ça va mieux. On ne sera pas loin du niveau des ventes de l'année record connue en 2007 (à savoir 127.000 logements vendus) », déclarait Marc Pigeon. Selon lui, l'exercice 2010 pourrait bien se conclure avec un nombre de transactions s'établissant à 115.000 unités, soit bien au-delà des 106.000 ventes enregistrées en 2009 mais surtout des 75.000 de l'année 2008.

Si la crise initiée en 2008 par la chute des crédits à risque américains (subprime) a fait planer le spectre d'un marché en berne au cours des deux dernières années, le ciel semble toutefois s'être nettement éclairci au-dessus des promoteurs immobiliers. Le bonheur des uns faisant le malheur des autres, cette reprise d'activité s'est également accompagnée d'une hausse de prix notable (+6,8% en moyenne depuis le début de l'année). Dans le détail, le prix d'un bien immobilier neuf a progressé de 4,9% en province (3.858 euros du m²) et de 7,7% en Ile-de-France (4.490 euros du m²).

Si les taux de crédit actuellement extrêmement bas peuvent en partie compenser cette augmentation des prix (n'hésitez pas à réaliser une simulation de prêt immobilier), les promoteurs peuvent surtout remercier les diverses mesures gouvernementales qui ont su soutenir le marché. En tête de celles-ci, le dispositif de défiscalisation Scellier s'est ainsi vu impliqué dans près de 66% des ventes.

Concernant les perspectives à moyen terme, ce sont pourtant sur ces mêmes mesures gouvernementales que les doutes se portent. Un bon nombre de celles-ci sont en effet appelés à disparaître et ce dès la fin 2010. C'est le cas notamment du prêt à taux zéro, du crédit d'impôt sur les intérêts d'emprunt et du Pass Foncier qui seront remplacés, à compter du 1er janvier 2011, par le nouveau PTZ + (dont l'impact sur le marché reste encore à évaluer). Dans un contexte de restriction budgétaire de l'Etat, le doute semble donc permis quant à la préservation des aides restantes. « L'année 2011 sera positive mais 2012 nous inquiète », concède ainsi Marc Pigeon.

Vos réactions

Immobilier - L'immobilier neuf est sauvé mais pas rassuré

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - L'immobilier neuf est sauvé mais pas rassuré

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page