A Paris l'immobilier reste trop cher pour sept français sur dix

08/02/2011 à 12:07 - Immobilier - Par - Réagir

L'immobilier parisien trop cher pour les français
A Paris l'immobilier reste trop cher pour sept français sur dix

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Seul trois français sur dix seraient en mesure de se loger décemment à Paris. Le constat dressé par le premier baromètre immobilier « Dauphine-Crédit Foncier » est sans appel, le pouvoir d'achat des ménages s'est fortement dégradé en Ile-de-France.

Le 3 février dernier, l'Université Paris-Dauphine a publié la première édition de son baromètre de l'immobilier. Réalisé en partenariat avec le Crédit Foncier, celui-ci entend porter chaque trimestre un regard neuf sur « l'évolution du comportement d'achat des ménages dans le domaine de l'immobilier ». Dirigée par l'économiste Kevin Beaubrun-Diant, l'étude se penche pour l'occasion sur la seule région Ile-de-France et pointe du doigt le net recul de la capacité financière des potentiels acquéreurs. L'analyse se fonde sur les chiffres relevés au 3ème trimestre 2010 à Paris et sur 19 communes franciliennes.

Qui peut encore acheter à Paris ?

En dépit de taux de prêt immobilier extrêmement bas, le pouvoir d'achat immobilier observé par l'étude semble s'établir à un niveau proche de ceux relevés en 2008. « Dans un contexte de renforcement de la hausse des prix, et de remontée légère du chômage francilien, le faible niveau des taux d'intérêt n'a pu enrayer la chute du nombre de ménages capables d'acquérir un bien adapté à leur structure familiale », nous indique-t-on. Illustrant cette situation, seuls 29,91% des ménages franciliens seraient ainsi financièrement capables d'acheter un bien immobilier correspondant à leurs besoins.

A Paris, les secundo-accédants (ménages déjà propriétaires) seraient 50,87% à pouvoir supporter l'acquisition d'un nouveau logement. Ce taux tomberait à 13,97% en ce qui concerne les primo-accédants. A en croire le gouvernement, ces derniers devraient toutefois quelque peu redresser la barre grâce au nouveau PTZ+ présenté comme particulièrement adapté au marché immobilier tendu d'Ile-de-France.

Des situations différentes selon les communes

A l'instar des prix de l'immobilier, la capacité d'achat s'avère relativement disparate en fonction des localités. En baisse dans 12 communes sur les 19 observées (Enghien, Neuilly, Saint Mandé), elle affiche à Saint Germain en Laye, à Bobigny ou encore à Massy une sensible progression.

Si ce premier numéro du baromètre immobilier Dauphine-Crédit Foncier n'offre qu'une analyse de l'Ile-de-France, les prochaines éditions devraient toutefois se porter sur six grandes villes de province que sont Lyon, Marseille, Lille, Bordeaux, Toulouse et Nantes.

Vos réactions

Immobilier - A Paris l'immobilier reste trop cher pour sept français sur dix

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - A Paris l'immobilier reste trop cher pour sept français sur dix

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page