Crédit et finances personnelles : la banque en ligne n'aurait pas la côte

13/01/2010 à 16:04 - Crédit immobilier - Par - Réagir

La banque en ligne n'aurait pas la côte
Crédit et finances personnelles : la banque en ligne n'aurait pas la côte

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Publiée ce mardi 12 janvier 2010, une étude du Crédoc (le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) atteste certes de l'intérêt croissant porté par les particuliers sur les diverses banques en ligne mais confirme également le besoin de disposer d'une agence bien réelle lorsque cela s'avère nécessaire (souscription d'un prêt immobilier, d'une assurance de crédit, d'une solution d'épargne, etc.). En dépit des nombreux atouts qu'elles entendent proposer, les banques concernées devront donc attendre encore un peu avant qu'un service « 100% internet » ne fédère une très large clientèle.

Internet occupe chaque jour une place plus grande dans la vie quotidienne des français. Un constat qui semble également s'appliquer à la relation qu'ils entretiennent avec leur établissement bancaire puisque 50% des personnes sondées par le Crédoc affirment avoir recours à cet outil pour consulter leurs comptes courants. Dénué de tout contact physique, internet n'en est pas moins devenu l'option principale choisie par un client souhaitant contacter son conseiller. Si 21% des particuliers interrogés se rendent encore dans leur agence, ils sont en effet désormais 27% à communiquer avec leur banque par le biais d'internet.

Occupant régulièrement le haut des classements des établissements financiers les moins chers, les banques en ligne apparaissent des plus séduisantes, sur le papier tout au moins. Les français sont en effet bien peu à avoir d'ores et déjà franchi le pas de la banque totalement virtuelle, la très grande majorité réservant l'utilisation d'internet aux services de base que sont la consultation de compte et l'envoi de messages. Attachés à leur conseiller clientèle personnel, seuls quelques 500.000 particuliers ont pour l'heure opté pour ce type d'enseignes (soit 1% des usagers de banque).

Devant la défiance de leurs clients, certaines banques (les plus avisées peut être) ont su aborder en douceur ce virage vers le « tout internet ». C'est le cas par exemple de Boursorama Banque qui, si elle est déjà considérée comme la plus fiable et la moins chère des banques en ligne, conserve toutefois un petit nombre d'agences (15) à la disposition de ses clients.

D'autres s'y sont lancé tête baissée, au risque de s'attirer de vives critiques. Lancée en octobre 2009 par le Crédit Agricole, BforBank se voulait être, selon les dires de ses dirigeants, « la première banque privée 100% en ligne ». Dans un article publié il y a peu, l'association de défense des consommateurs UFC Que Choisir ne se montre pourtant pas des plus tendres avec cette nouvelle enseigne, remettant en question son appellation même de banque. « Il s'agit pour l'instant essentiellement d'un site de placements. Aucun service de banque au quotidien (compte, carte, chéquier) n'est disponible. Et la filiale du Crédit agricole ne propose pas non plus de crédit », observe l'association. « Pour l'heure, BforBank semble surtout vouloir éviter de faire trop d'ombre aux guichets de la banque verte ! », souligne-t-elle en guise de conclusion.

Vos réactions

Crédit immobilier - Crédit et finances personnelles : la banque en ligne n'aurait pas la côte

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Crédit et finances personnelles : la banque en ligne n'aurait pas la côte

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page