La crise grecque va faire flamber les taux de crédit

03/07/2015 à 15:06 - Crédit immobilier - Par - Réagir

La crise grecque va faire flamber les taux de crédit
La crise grecque va faire flamber les taux de crédit

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Afflux excessif de demandes, crise grecque, vacances, si l'on en croit les courtiers, les éléments plaidant en faveur d'une hausse notable des taux de prêt immobilier sont aussi divers que variés.

Fin de la baisse : comment évolueront les taux de crédit ?

Après plus d'un an et demi de bons et loyaux services, les candidats à l'emprunt ont dû se faire à l'idée de voir la baisse des taux leur fausser compagnie. Reste désormais à savoir s'ils pourront profiter de l'accalmie d'une période de stabilisation ou s'ils devront directement faire face à un mouvement haussier plus ou moins conséquent. Et sur ce point, force est de constater que le scénario d'une remontée des taux à très court terme semble aujourd'hui recueillir les faveurs des professionnels.

Les taux de crédit victimes de la crise grecque

Depuis plusieurs mois maintenant, la crise grecque (et ses répercussions) se révèle être l'un des principaux sujets de préoccupation des économistes de tous bords. Une inquiétude d'autant plus marquée que les taux de crédit immobilier français pourraient bien faire les frais des défaillances de la Grèce. « Les mouvements actuels sur les marchés consécutifs à la crise grecque devraient pousser les taux longs à la hausse, dans un contexte de grande volatilité. Il serait logique que les banques répercutent progressivement cette tendance dans les barèmes clients », explique ainsi Hervé Hatt, président du courtier Meilleurtaux.

La hausse des taux de retour pour les vacances

En dehors de la situation économique sur le plan européen, d'autres éléments sont de nature à alimenter une hausse des taux au cours des semaines à venir. En effet, face à l'afflux massif des demandes de crédit et au volume exceptionnel des dossiers de renégociation de prêt (conséquence directe de l'attractivité des taux), les banques éprouvent actuellement toutes les peines du monde à suivre la cadence. Si certaines tentent de réguler le nombre de demandes reçues en durcissant leurs conditions d'accès, la plupart choisissent d'enrayer cette affluence en relevant leurs barèmes. Or, cette hausse contrainte des taux pourrait s'accélérer à l'approche des vacances. « Nous arrivons au début de l'été, et les vacances vont ainsi débuter au sein des établissements bancaires dans des services qui sont déjà à saturation depuis le mois de mai. Il n'est donc pas improbable que les taux remontent à nouveau légèrement pendant cette période comme c'est souvent le cas quand les back-offices manquent de personnel », précise à ce sujet Maël Bernier, porte-parole du courtier.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page