Le vieillissement de la population accélère la baisse des prix de l'immobilier

18/06/2012 à 12:01 - Immobilier - Par - Réagir

La démographie pèse sur les prix de l'immobilier
Le vieillissement de la population accélère la baisse des prix de l'immobilier

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si la baisse des prix de l'immobilier ne va pas assez vite du goût des acheteurs potentiels, ils seront ravis d'apprendre qu'elle va s'accélérer à cause du vieillissement de la population. Mais il faudra encore se montrer patient.

Le fait que la population française vieillisse va avoir une incidence sur les prix de l'immobilier. C'est le constat d'Hippolyte d'Albis, professeur d'économie, chercheur à l'Université Paris I et lauréat 2012 du prix du meilleur jeune économiste de France. Pour comprendre pourquoi les prix vont baisser, il faut revenir sur ce qui a entrainé leur augmentation.

La hausse des prix s'explique par la pénurie de logements. Les acheteurs étaient plus nombreux que les vendeurs et les lois du marché de l'offre et de la demande ont conduit à la hausse des prix. A cela s'ajoute le comportement des baby-boomers, les personnes nées entre 1945 et 1975. Ces dernières années, les baby-boomers ont continué à acheter. Ils en sont mêmes à leur deuxième ou troisième achat d'un bien immobilier et ce, malgré des prix très élevés.

Ils ne sont pas sensibles au niveau des prix car la vente de leur précédent logement leur permet d'acquérir facilement un nouveau bien, ce qui entretient la hausse. Mais avec l'âge, les baby-boomers vont vendre de plus en plus leurs biens immobiliers, ce qui va augmenter l'offre de logements et entrainer un repli des prix.

En effet, selon l'analyse d'Hippolyte d'Albis, les décisions d'achat et de vente de biens immobiliers évoluent avec l'âge. Ainsi, passé 49 ans, un individu sera plus susceptible de vendre que d'acheter et plus il vieillira, plus il préférera vendre.

Malheureusement pour les futurs acheteurs, il faudra attendre encore quelques années avant que la tendance s'inverse réellement. Actuellement, les acquéreurs potentiels sont toujours plus nombreux que les vendeurs. L'âge moyen de la population se situe aux alentour de 40 ans, donc encore trop jeune pour assister à une accélération des ventes. De plus, l'augmentation de la population et la progression des phénomènes de décohabitation (notamment avec l'augmentation des divorces) font que la demande de logements reste largement supérieure à l'offre.

Vos réactions

Immobilier - Le vieillissement de la population accélère la baisse des prix de l'immobilier

Noter cet article :

4 8

Par Alex -

Un article qui ne fait pas avancer grand chose, pas besoin d'être Laureat d'un quelquonque prix pour avancer ce type de déclaration sans fournir de chiffres précis. Ca me fait pense aux horoscopes ...

Lire la suite

Par Indépendance Royale -

Comme quoi, l'âge a un énorme impact sur l'économie

Lire la suite

Par Pilumajou -

Article complètement sans intérêt, qui est établi sur des suppositions. Avec des "si" on mettrait Paris dans une bouteille. Le pseudo spécialiste est incapable d'étayer ses dires avec des chiffres, il avance que "... passé 49 ans, un individu sera plus susceptible de vendre que d'acheter et plus il vieillira, plus il préférera vendre" ce qui est loin d'être prouvé. Par ailleurs, avec l'augmentation de la durée de vie, 49 ans d'aujourd'hui sera peut être 60 ans de demain, de plus les personnes âgées ont tendance à vouloir être chez elles plutôt que locataire de quelqu'un d'autre, elles pourront être tentées par une vente "en viager occupé", mais quel jeune qui a besoin de se loger est intéressé par ce type de transaction ? Personnellement je ne crois pas un mot du résultat des recherches de cet économiste, quand bien même fut-il "lauréat 2012 du prix du meilleur jeune économiste de France" !!! Les économistes, ne sont-ils pas ces gens qui font des prévisions, se trompent régulièrement, puis viennent vous expliquer que si les conditions avaient été différentes, ils auraient eu raison ????

Lire la suite

Par Indépendance Royale -

Moi, l'article m'a interessée... tout le monde n'est pas spécialiste...

Lire la suite

Par MP -

Il y a des gens qui ont un énorme problème avec la réalité :

- l'âge des acquéreurs est connu par les sources bancaires
Au delà de 56 ans, on est "net vendeur".

- on peut-être propriétaire de son logement...qui est un appartement.

Le vieillissement des classes d'âges les plus nombreuses (baby-boomers) va entrainer un
afflux de maisons à vendre en secteur péri-urbain ou rural, avec un déficit d'acheteurs
(classes d'âge moins nombreuses que les baby-boomers)

La statistique démographique ne nécessite pas de prévisions, seulement des recensements.
Pour acheter dans 10 ou 20 ans, il faut être déjà né...a priori.

Lire la suite

Par Pigeon2limo -

Effectivement cet article est en substance interessant, mais sans avancer de chiffres ni trop se mouiller, il fait juste office de voyance immobiliere.
Autant se taire!

D'ailleur a 49 ans, je suis presque sur que je ne vendrai pas un truc que j'aurai trimé à payer toute ma vie, surtout que le credit ne sera certainement pas terminé lui...

Lire la suite

Par pilumajou -

Je viens d'avoir une conversation avec un commercial de l'agence Costes Viager qui m'indiquait qu'en effet certaines personnes (sans héritier et ayant atteint un certain age) vendaient des biens locatifs ou même leur résidence principale, MAIS qu'en contrepartie d'autres personnes (des investisseurs) de tous âges y compris des personnes de 60 ans étaient acheteurs (y compris en viager) afin de placer des disponibilités qui ne sont plus suffisamment rémunérés par l'assurvance vie ou les dépôts bancaires. Ces investisseurs qui achètent de façon classique ou en viager, font assez souvent une opération blanche (le loyer couvre la mensualité bancaire ou la rente) et tablent sur une plus value à la revente. C'est un moyen de faire fructifier son capital et de le mettre à l'abir de l'érosion monétaire (inflation).

Lire la suite

Par pilumajou -

@Pigeon2limo, absolument d'accord avec vous, je ne suis pas convaincue que notre pseudo expert ait bien vu l'avenir, la conversation avec le commercial Coste Viager contredit d'ailleurs son article.
Par ailleurs, les revues spécialisées en conseil en gestion de patrimoine proposent souvent à leurs lecteurs d'acheter leur résidence principale pour ne plus avoir à payer de loyer une fois retraité. De plus pour ceux qui paient des impôts, ces revues conseillent également les opérations de défiscalisation (type scellier), en vue réduire l'impôt immédiat et de fournir un complément de retraite à terme. Ce qui contradit également le contenu de cet article.
Alors oui la baisse va peut être s'accéler dans quelqus campagnes dépeuplées ou dans les petites villes où le bassin d'emploi n'est pas assez fourni, mais dans les grandes métropoles où les logements tendent à manquer il ne faut pas réver, les prix ne baisseront guère sur des biens de qualité.

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Le vieillissement de la population accélère la baisse des prix de l'immobilier

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page