La FNAIM s'oppose à la création d'un nouvel impôt sur le patrimoine

08/12/2010 à 09:51 - Immobilier - Par - Réagir

La FNAIM dit non à l'impôt sur le patrimoine
La FNAIM s'oppose à la création d'un nouvel impôt sur le patrimoine

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si l'idée d'un nouvel impôt sur le patrimoine n'en est encore qu'à ses prémices, les professionnels de l'immobilier font d'ores et déjà entendre leur voix. Alors même que le gouvernement entame une réflexion sur la création de cette éventuelle taxe, la FNAIM monte au créneau pour manifester sa désapprobation.

Réunissant en début de semaine un groupe de travail (10 députés, 10 sénateurs), le gouvernement semble avoir mis sur les rails le train de la réforme fiscale de 2011. Si la suppression du bouclier fiscal et la modification (voire la disparition pure et simple) de l'ISF apparaissent comme inévitables, les parlementaires seront également amenés à étudier très sérieusement l'instauration d'un futur impôt taxant les revenus du patrimoine et la plus-value immobilière.

Un impôt nuisible au marché immobilier

Ce mardi 07 décembre 2010, lors de son 64ème congrès annuel, la FNAIM (Fédération nationale des agents immobiliers) s'est vivement opposée à la création de ce nouvel impôt. Sans doute motivée par la présence du secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, rarement la Fédération aura affiché un tel masque de rébellion. « Nous ne sommes pas dupes. Il n'est pas nécessaire de se livrer à un savant calcul pour s'apercevoir que le gouvernement veut encore taxer plus lourdement la détention et les revenus du patrimoine immobilier des Français », lançait ainsi René Pallincourt, le président de la FNAIM.

Accusé par certains de prôner un optimisme excessif en ce qui concerne la santé de l'immobilier (rappelons que la FNAIM n'a reconnu l'existence d'une crise immobilière que plusieurs mois après son apparition), René Pallincourt a dressé face à cet impôt le spectre d'un immobilier convalescent qu'il convient de préserver. « Le marché de l'ancien est encore fragile. Ne mettons pas en péril la légère reprise enregistrée cette année, ce serait nous contraindre à détruire encore des emplois », a-t-il déclaré.

Un impôt pas encore défini

Présent au congrès de la FNAIM pour notamment rappeler les grands axes d'un PTZ Plus dont le lancement est programmé pour le 1er janvier 2011, Benoist Apparu s'est voulu rassurant en précisant que « le gouvernement n'a pas encore d'idée préconçue » en ce qui concerne le futur impôt sur les revenus du patrimoine. Le secrétaire d'Etat au Logement a toutefois balayé la proposition de la FNAIM visant à créer un nouveau dispositif de défiscalisation en faveur de l'achat d'un bien immobilier ancien destiné à être mis en location. Benoist Apparu a ainsi expliqué qu'en l'état actuel des choses, le gouvernement ne pouvait pas se permettre d' « imposer des nouvelles dépenses fiscales. Ce n'est pas raisonnable, ce n'est pas possible. Il faut moins dépenser ».

Vos réactions

Immobilier - La FNAIM s'oppose à la création d'un nouvel impôt sur le patrimoine

Noter cet article :

3 2

Par arles -

en plus de l impot immobilier il va y avoir un autre impot .de quoi decourager les investisseurs.

Lire la suite

Par chaussette -

Cet impôt risque de mettre les foyers et personnes à revenus modestes en difficulté pour trouver un logement locatif=> accroissement de la précarité. En effet, les propriétaires risquent d'être encore plus exigents et méfiants.

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - La FNAIM s'oppose à la création d'un nouvel impôt sur le patrimoine

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page