La lente remontée des taux de crédit immobilier

09/09/2013 à 10:12 - Crédit immobilier - Par - Réagir

La lente remontée des taux de crédit immobilier
La lente remontée des taux de crédit immobilier

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

S'il faut en croire l'Observatoire Crédit Logement / CSA, c'est une remontée lente mais progressive qui affecte désormais les taux de prêt immobilier. Une situation qui ne réjouira sans doute pas les candidats à l'achat mais qui leur laisse toutefois l'opportunité de profiter encore pour quelques temps de taux relativement attractifs.

Depuis juillet, les taux des crédits immobiliers remontent doucement, mais sans franchir le seuil des 3 % “, souligne l'Observatoire Crédit Logement dans sa dernière note de conjoncture. Une phrase qui fait écho aux constations établies précédemment par bon nombre de professionnels du secteur (courtiers et établissements prêteurs). Après avoir atteints leur plus bas historique en juin dernier en s'affichant à 2,89%, les taux de crédit immobilier ont adopté un mouvement haussier progressif au cours des mois suivant, passant à 2,95% en juillet puis à 2,98% en août.

Alimentée notamment par la soudaine progression des OAT (passées de 1,67% en mai à plus de 2,60% en ce début septembre), la hausse des taux ne semble toutefois pas suffisamment brutale pour peser lourdement sur les intentions d'achat des ménages. Selon la Banque de France, l'encours total des crédits immobiliers s'élevait en date du 31 juillet à 802 milliards d'euros. L'Observatoire note pour sa part que le nombre d'emprunts octroyés par les établissements bancaires n'a cessé de s'accroître pour afficher en août dernier une progression annuelle de 14,3%.

Résolument engagée sur la durée, la tendance de fond que représente aujourd'hui la hausse des taux ne devrait toutefois qu'impacter faiblement les emprunteurs. En effet, s'il faut en croire Sandrine Allonier, la responsable des études économiques auprès du courtier en ligne meilleur taux, “ les banques ne devraient pas fermer le robinet du crédit, car elles ont conscience que le moindre choc sur le marché immobilier aujourd'hui fragile, pourrait avoir des effets négatifs importants “.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page