Les promoteurs jugent le projet de loi Duflot 2 contre-productif

02/07/2013 à 11:05 - Immobilier - Par - Réagir

La loi Duflot 2 contre-productive selon les promoteurs
Les promoteurs jugent le projet de loi Duflot 2 contre-productif

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Présenté en Conseil des ministres le 26 juin dernier, le projet de loi Duflot 2 continue d'alimenter les débats et de susciter de vives réactions de la part des acteurs du monde immobilier. Cette fois-ci, c'est au tour de la FPI (Fédération des promoteurs immobiliers) de porter un regard acerbe sur un texte dont bon nombre d'éléments sont jugés inadaptés.

Contrairement à la Fnaim ou à la Chambre des Propriétaires, la FPI aura donc patienté une petite semaine avant de livrer son sentiment sur la future loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR). Si l'analyse est « tardive », elle n'en reste pas moins critique, considérant que le projet de loi tel qu'il a été présenté par Cécile Duflot, la ministre du Logement, « apportent de la complexité là où une véritable simplification est tant attendue » et pourrait bien rater l'une de ses cibles principales, à savoir la relance de la construction.

Visant plus particulièrement l'encadrement des loyers, les promoteurs estiment ainsi qu'il s'agit là d'un « signal négatif envoyé aux investisseurs ». Face à la complexité du dispositif, ces derniers pourraient en effet tirer purement et simplement un trait sur leurs projets, renforçant encore un peu plus le manque de logements proposés au sein des zones les plus tendues.

Dans un tel contexte et devant la perspective d'assister à un départ des investisseurs, la FPI ne peut que manifester de réelles inquiétudes en ce qui concerne une éventuelle relance de la construction.

Considérant l'absence de mesures concrètes pour remédier au manque de terrains à bâtir, la Fédération pointe également du doigt « les mesures qui autorisent le déclassement des zones à urbaniser en zones naturelles ou qui encouragent le droit de préemption », celles-ci apparaissant à ses yeux « contre-productives ».

Si la lutte contre les recours abusifs ou encore la simplification des normes de construction représentent de réels progrès, le président de la FPI, François Payelle, conclut en regrettant que ce projet de loi Duflot 2 vienne contredire « les avancées réalisées ces derniers mois ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page