La revalorisation des aides au logement reportée à octobre

12/11/2013 à 10:43 - Immobilier - Par - Réagir

La revalorisation des aides au logement reportée à octobre
La revalorisation des aides au logement reportée à octobre

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

En fin de semaine dernière, le bras de fer que livraient certains députés socialistes face au gouvernement au sujet la revalorisation des aides au logement a donc trouvé un épilogue apte à contenter les deux parties. Selon l'amendement adopté vendredi, les aides au logement (APL, ALS et autres) seront donc revalorisées en 2014 mais avec quelques neuf mois de retard. Cette augmentation ne sera donc pas appliquée au 1er janvier mais au 1er octobre prochain.

Si en septembre le gouvernement avait fait couler quelques sueurs froides dans le dos des bénéficiaires d'APL, ALS et autre ALF en annonçant son intention de ne pas revaloriser ces aides en 2014, plusieurs députés socialistes leur avaient permis d'espérer en affichant récemment leur mécontentement face à un tel gel. Ce vendredi 8 novembre, cette opposition de force s'est finalement conclue sur un compromis. Dans le cadre du débat budgétaire à l'Assemblée, un amendement déposé par le socialiste Christophe Caresche (rapporteur du budget du logement) a en effet été adopté afin de satisfaire à la fois un gouvernement soucieux d'alléger ses dépenses et des ménages craignant pour leur pouvoir d'achat.

Concrètement, si la revalorisation traditionnelle des aides au logement (calculée en fonction de l'évolution des loyers) sera bel et bien effective en 2014, celle-ci ne sera toutefois appliquée qu'à compter du 1er octobre de cette année au lieu du 1er janvier initialement prévu. Pour Christophe Caresche, si APL, ALF et ALS augmenteront donc de 0,9% en 2014 (soit l'équivalent de l'indice de référence des loyers - IRL), un tel report devrait permettre à l'Etat de réaliser de substantielles économies (le coût de la revalorisation passant de 75 millions d'euros à 19 millions d'euros).

Selon Cécile Duflot, face à la grogne de sa majorité, "le gouvernement a fait le choix de maîtriser la progression des aides au logement" et donc de conserver ce que la ministre du Logement qualifie de "filet de sécurité le plus efficace par rapport à la paupérisation, notamment pour les familles monoparentales".

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page