Le crédit est mort, vive le crédit !

05/05/2012 à 10:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Le crédit est mort, vive le crédit !
Le crédit est mort, vive le crédit !

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Décidément, la production de crédits immobiliers prend des allures de chute vertigineuse en affichant une baisse de 32,2%. Ce constat alarmant, réalisé par l'observatoire du logement sur les 4 premiers mois de l'année, s'accentue pour le marché de l'ancien avec un repli de près de 38,4% sur la même période.

La pierre aurait elle perdue de son attrait et de sa superbe ? oui et non. Un constat unanime s'impose tout de même, les ménages les plus jeunes et les plus modestes se sont vus mis au banc du crédit immobilier.

Ces nouveaux parias de l'emprunt déjà victimes de la disparition du PTZ+ dans l'ancien se voient aujourd'hui reprochés leur manque d'apport personnel. Avec un apport moyen correspondant en avril 2012 à 28,6% du coût de l'opération, le crédit n'est réservé qu'aux plus aisés.
Entre des établissements bancaires qui durcissent leurs conditions d'octroi et des prix de marché inadaptés à cette tranche de population, voilà de quoi faire frémir les générations à venir.

Pas étonnant donc que la durée moyenne d'emprunt atteigne au mois d'avril les 16,6 années contre 17,6 en Février. Les jeunes et moins fortunés d'entre nous ayant cette fâcheuse habitude d'emprunter sur plus de 20 ans, ils trouvent les portes du prêt immobilier closes. L'adage « on ne prête qu'aux riches » prend ici toute sa valeur et met en exergue une clientèle aisée dont l'épargne suffit à elle seule à l'acceptation d'un dossier de crédit.

Honnies les classes moyennes et vive les CSP+, le marché de l'immobilier leur tend les bras. Vu de ce côté de la frontière sociale et fiscale, toutes les conditions sont réunies pour investir. Les taux de crédit immobilier flirtent en moyenne avec les 3,95% revenant ainsi à leur niveau du premier trimestre. Quant aux prix, ils semblent enfin concerner une certaines stabilité (voire même s'orienter à la baisse) après des années de délirium.

Oui mais voilà, la France n'étant pas uniquement composée des plus riches, la production de crédits immobiliers devrait passer de 160 milliards en 2011 à 125 en 2012 selon l'Observatoire du Crédit Logement CSA. Une situation préoccupante dans un marché attentiste et atone en raison de la situation économique et des élections présidentielles. Si les acteurs de l'immobilier restent suspendus au résultat tant attendu du 6 mai, nombreux sont ceux qui prévoient un retournement du marché au profit des acheteurs.

Seule constante au milieu de ces incertitudes, la banque centrale européenne qui maintient son principal taux directeur à 1%.

Vos réactions

Crédit immobilier - Le crédit est mort, vive le crédit !

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Le crédit est mort, vive le crédit !

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page