L'affaire du crédit immobilier à taux variable : le Tribunal condamne le Crédit Foncier

11/05/2009 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Le Crédit Foncier condamné par le tribunal
L'affaire du crédit immobilier à taux variable : le Tribunal condamne le Crédit Foncier

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Un prêt immobilier à taux variable se prévalant d'un taux d'appel de 3,15% ainsi que d'un plafonnement de ce même taux (prêt capé), voilà ce qu'un emprunteur pensait avoir souscrit auprès du Crédit Foncier. Contracté en mars 2006, le taux de ce crédit immobilier s'est pourtant établi en mai 2008 à 6,40% et ce, malgré le prétendu plafonnement dont il était censé bénéficier, doublant ainsi quasiment les mensualités dues. Loin de constitué un cas isolé, bon nombre de clients du Crédit Foncier se sont retrouvés démunis devant la désagréable constatation que leur prêt à taux variable qu'ils croyaient capé ne l'était en réalité aucunement.

Malentendu, manque flagrant d'information, tromperie délibérée, saisi par le Collectif Action regroupant les emprunteurs lésés ainsi que par l'association de consommateurs UFC-Que Choisir, le tribunal avait la charge de déterminer la nature de l'affaire mettant en cause l'établissement (voir notre article à ce sujet). Dans un litige l'opposant à un emprunteur, la 9ème chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris déboutait la semaine dernière le Crédit Foncier, lui imposant d'appliquer un taux maximal de 4,65% au prêt immobilier à taux variable de son client.

A travers ce jugement, le tribunal confirme donc le manque d'information délivrée au client par l'établissement. « Les conditions particulières et financières du contrat ne comportaient strictement aucune explication [...] sur les conditions de calcul des taux d'intérêts pratiqués » alors que l'emprunteur aurait ainsi dû être convenablement averti « des conditions et modalités de variation du taux ». Le Tribunal de Grande Instance de Paris ne fait qu'appliquer ici l'article L133-2 du code de la consommation stipulant que « les clauses des contrats proposés par les professionnels aux consommateurs doivent être présentées et rédigées de façon claire et compréhensible ». Si tel n'est pas le cas, le code de la consommation précise en effet que les clauses des contrats devront endosser « le sens le plus favorable au consommateur ».

Si le Crédit Foncier a déposé un appel de ce jugement, la décision prise la semaine dernière par le Tribunal de Grande Instance de Paris pourrait bien faire jurisprudence dans l'enquête menée depuis février 2009 par le Tribunal de Grande Instance de Créteil et portant cette fois-ci sur plus de 120 dossiers de prêt immobilier à taux variable.

Vos réactions

Crédit immobilier - L'affaire du crédit immobilier à taux variable : le Tribunal condamne le Crédit Foncier

Noter cet article :

2 2

Par JCR -

Bonjour,
Il faut aller plus loin dans la condamnation des pratiques du Crédit Foncier de France qui je le rapelle appartient au nouveau Groupe Caisse d'épargen populaire empétré avec Natixis dans des affaires douteuses sur les marhcés internationaux. Quand vous écrivez au crédit Focnier de France, ils ne vous répondent pas Les questions évacuées par des réponses alambiquées Bonjour la banque de proximité.

Lire la suite

Par ccamby -

Il faudrait effectivement faire jurisprudence pour les 150 et non 120 au moins ! Dossiers en attente. Que deviennent les dossiers qui ont du se faire racheter par le credit foncier leur prêt à taux fixe au taux le plus fort à 5.70 % sur 30 ans au lieu de 3.15 (variable) sur 25 ? Peuvent ils encore etre dedommagé avec une perte de plus de 80000 euros pour certains sur une telle duree !

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - L'affaire du crédit immobilier à taux variable : le Tribunal condamne le Crédit Foncier

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page