Le gouvernement a-t-il déclaré la guerre aux propriétaires ?

02/10/2013 à 11:17 - Immobilier - Par - Réagir

Le gouvernement a-t-il déclaré la guerre aux propriétaires ?
Le gouvernement a-t-il déclaré la guerre aux propriétaires ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Depuis le 17 septembre et son adoption en première lecture par les députés, le projet de loi Alur ne cesse d'alimenter les débats, suscitant bien souvent colère et indignation de la part des professionnels de l'immobilier. Evoquant une véritable stigmatisation des propriétaires, c'est aujourd'hui un cri d'alarme que pousse le président du réseau Orpi, Bernard Cadeau.

Constatant un net recul enregistré par le marché de l'immobilier locatif au cours du troisième trimestre 2013, Laurent Vimont, président du groupe Century 21, en imputait hier la responsabilité aux différentes dispositions prises par la ministre du Logement dans le cadre de son projet de loi Alur (loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové). « Cécile Duflot a rompu la confiance, véritable moteur du marché », estimait-il ainsi. Bernard Cadeau, président du réseau d'agences Orpi, lui emboîte aujourd'hui le pas, pointant à son tour du doigt les récentes mesures gouvernementales.

« Nouveau crédit d'impôt pour la rénovation thermique excluant les bailleurs, dans la 1ère mouture de la loi Alur. Préconisation de taxation des propriétaires occupant leur logement dans le dernier rapport du Conseil d'analyse économique. Mais où va-t-on ? », lance-t-il dans une tribune accordée au site d'information Business immo.

Allant plus loin que la simple critique, le président du réseau d'agences immobilières estime que les récentes dispositions annoncées ne sont pas seulement favorables aux locataires mais représentent de réelles « attaques » perpétrées à l'égard des propriétaires. A ses yeux, le gouvernement jouerait là un jeu dangereux duquel « il est fort à redouter qu'aucun ne sorte gagnant ».

Evoquant une nationalisation de la propriété immobilière à laquelle l'Etat serait en train de se livrer, Bernard Cadeau estime que celui-ci se trompe de cible. « Les bailleurs privés ne sont pas le problème, mais bien la solution des locataires. A chaque fois qu'on pénalise un bailleur, on vise indirectement un locataire, celui-là même que le gouvernement souhaite protéger », précise-t-il.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page