Le patrimoine des français amputé par l'immobilier !

20/12/2013 à 11:52 - Immobilier - Par - Réagir

Le patrimoine des français amputé par l'immobilier !
Le patrimoine des français amputé par l'immobilier !

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dans une étude dévoilée ce vendredi 20 décembre, l'Insee dresse un état des lieux passablement maussade du patrimoine des français. S'il a certes progressé en 2012, celui-ci apparaît toutefois nettement pénalisé par le retournement du marché immobilier.

En cherchant à établir ce que possèdent réellement les français, l'Institut nationale de la statistique et des études économiques (Insee) ne peut que se rendre à l'évidence : le patrimoine des ménages a affiché en 2012 une progression bien moins soutenue que les années précédentes. Un essoufflement que l'étude attribue principalement à la crise de l'immobilier. Dans les faits, le patrimoine moyen des français aurait enregistré une hausse de +1,6% sur l'année 2012 pour s'établir à 429.000 euros. Si les plus optimistes pourront se réjouir d'une telle progression, les autres ne manqueront sans doute pas de souligner le très net ralentissement affiché par celle-ci. En effet, dans un contexte de tensions économiques, le mouvement haussier observé sur le patrimoine des ménages n'a eu de cesse de se tarir au fil des ans. Après les +8,9% constatés en 2010 puis les +6% enregistrés sur l'exercice 2011, le patrimoine des français semble désormais plus proche de la stabilité que de la marche en avant.

Pour l'Insee, la faute en revient essentiellement aux difficultés rencontrées par le marché immobilier. L'étude note ainsi la quasi stagnation affichée par les actifs non financiers détenus par les ménages, à savoir principalement les logements et les terrains bâtis (+0,3%). Une stagnation qui vient peser de tout son poids dans la balance puisque ces actifs représentent près des trois-quarts du patrimoine des français. En guise d'explication, l'Insee fait observer que "les mises en chantier de logements neufs et l'indice du coût de la construction décélèrent nettement après leur rebond de 2011" avant d'ajouter que "dans l'ancien, le nombre de transactions et les prix des logements chutent".

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page