Le Portugal vole au secours de sa banque

05/08/2014 à 11:41 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Le Portugal vole au secours de sa banque
Le Portugal vole au secours de sa banque

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Fin juillet, nous évoquions les difficultés rencontrées par l'une des principales banques du Portugal, Banco Espirito Santo. Des difficultés qui poussent aujourd'hui le gouvernement à intervenir afin qu'elles ne se propagent à l'ensemble du système financier portugais.

Banco Espirito Santo : le gouvernement entre en scène

Entre négligences et irrégularités, Banco Espirito Santo n'a eu de cesse d'accumuler les dettes jusqu'à se retrouver dans l'incapacité de les honorer. En juillet dernier nous mettions ainsi en avant une dette de 847 millions d'euros contractée auprès de Portugal Telecom (dette arrivée à échéance et non remboursée). Si l'annonce par le groupe bancaire d'une perte de 3,6 milliards d'euros n'a donc rien eu de surprenant, elle a toutefois contraint le gouvernement portugais à intervenir.

Le système financier menacé

"Le risque de cessation de paiement et d'incapacité à remplir ses obligations constituait un risque très élevé de contagion, mettant en question la stabilité du système financier national. La Banque du Portugal a adopté des mesures de résolution, dont la création d'une nouvelle banque", a précisé Carlos Costa, gouverneur de la Banque centrale du pays. Un Carlos Costa qui expliquait pourtant il y a quelques semaines que la "solvabilité de la banque est garantie et les intérêts des clients sont sauvegardés".

Création d'une nouvelle banque

En pratique, Banco Espirito Santo devrait laisser place à deux entités bien distinctes : aux côtés d'une banque "saine" (Novo Banco) qui profitera d'une recapitalisation de 4,9 milliards d'euros, une structure "poubelle" (dont la gestion incombera à la famille Espirito Santo) verra le jour afin de regrouper l'ensemble des actifs toxiques. Le gouverneur de la Banque centrale portugaise a d'ores et déjà tenu à rassurer en soulignant que ce montage "ne comporte aucun risque pour les finances publiques et les contribuables".

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page