Le PTZ Plus réintègre l'ancien en toute discrétion

26/06/2012 à 15:07 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Le PTZ Plus réintègre l'ancien en toute discrétion
Le PTZ Plus réintègre l'ancien en toute discrétion

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Nous vous l'annoncions en début de mois, le prêt à taux zéro Plus ouvre de nouveau ses portes à l'acquisition d'un bien immobilier ancien. Si cette réintégration de l'ancien semble s'être opérée dans l'indifférence générale, certains professionnels du secteur commencent toutefois à relayer l'information, l'agrémentant au passage de quelques réflexions.

Depuis le 1er juin 2012, l'acquéreur d'un bien immobilier ancien peut de nouveau disposer d'un PTZ+ afin de financer son achat. Si cette modification du dispositif est d'importance, il aura toutefois fallu attendre près d'un mois avant que les professionnels du monde du crédit puis la presse ne s'en fasse l'écho. Sans doute s'agissait-il là du délai nécessaire aux établissements prêteurs et autres courtiers pour intégrer cette évolution à leur panel d'offres.

Réservé exclusivement à l'achat d'un logement neuf depuis sa réforme du 1er janvier 2012 (exception faite des logements sociaux), le prêt à taux zéro Plus couvre de nouveau les biens immobiliers anciens. Ces derniers devront toutefois avoir fait l'objet de travaux plus que conséquents dont la nature est notamment clarifiée par l'article 257, I-2-2 du Code Général des Impôts.

Pour espérer pouvoir profiter du PTZ+, un particulier devra donc laisser de côté les menus travaux et engager une rénovation de plus grande ampleur apte à considérer le logement ancien comme neuf (fiscalement parlant). Si cette notion de « neuf fiscal » peut paraître obscure pour bon nombre de candidats à l'emprunt, le courtier en ligne C A F P I leur vient en aide en précisant que « la première condition pour bénéficier du PTZ+ est que les travaux relèvent d'une TVA à taux normal, c'est-à-dire 19,60 %, et non d'une TVA à taux réduit ».

Enfin, si C A F P I communique sur sa capacité à « évaluer la recevabilité d'un tel projet et de calculer le montant de l'aide auquel les acquéreurs peuvent prétendre », A B Courtage préfère, de son côté, pointer du doigt le faible pourcentage de logements pouvant éventuellement être concernés par la mesure (de 2 à 3% des transactions selon le courtier).

Vos réactions

Crédit immobilier - Le PTZ Plus réintègre l'ancien en toute discrétion

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Le PTZ Plus réintègre l'ancien en toute discrétion

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page