Crédit à la consommation : Christine Lagarde veut sanctionner les abus

11/12/2008 à 00:00 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Les abus du crédit conso dans la ligne de mire
Face à une recrudescence des dossiers de surendettement, Christine Lagarde entreprendra dès 2009 toute une série de mesures visant à lutter contre les abus du "crédit conso".

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Il n'est pas normal qu'en France, les ménages les plus modestes n'est accès qu'aux crédits les plus chers... Voilà en substance ce qu'a souhaité exprimer Martin Hirsch, le haut commissaire aux solidarités actives sur l'antenne de France Info ce matin. Un entretien qui fait suite à la décision de Christine Lagarde, ministre de l'Economie, de proposer dès 2009 un projet de loi visant à combattre les abus du crédit à la consommation et notamment le fameux crédit renouvelable.

A la demande expresse de Nicolas Sarkozy, le cabinet Athling Management s'est vu chargé de la rédaction d'un rapport concernant les divers abus constatés en matière de crédit à la consommation. Un rapport que Christine Lagarde rendait public hier soir au cours d'un entretien donné au quotidien national Le Parisien / Aujourd'hui en France.

Près de 10% de la consommation des ménages sont aujourd'hui financés par le crédit à la consommation, un type d'emprunt que la ministre juge « nécessaire et utile » s'il est associé à une gestion « raisonnable et responsable ». Avec pas moins de 43,2 millions d'euros distribués en 2007 au travers du crédit renouvelable (2ème rang européen derrière les anglais), l'enjeu apparaît donc de taille. « Je vais travailler avec Martin Hirsch pour préparer, en concertation avec les parlementaires, un projet de loi que je déposerai au plus tard au premier trimestre 2009, qui améliorera les conditions d'attribution du crédit à la consommation et transposera la directive européenne », annonce-t-elle au quotidien.

Si le développement de la concurrence entre les différents distributeurs de crédit semble constituer l'axe de travail prioritaire, Christine Lagarde entend bien, entre autre, renforcer l'information de l'emprunteur. Interrogée sur le sujet de la publicité faite par les organismes de crédit, la ministre précise que « la réforme fera en sorte que les publicités montrent clairement aux consommateurs ce dans quoi ils s'engagent. Il importe aussi de restreindre une sollicitation trop pressante des particuliers de la part des prêteurs en édictant, en concertation avec ces derniers, de véritables normes professionnelles, qui seront contrôlées par les pouvoirs publics. Il pourra y avoir des sanctions contre les abus ».

Cartes de crédit délivrée par les magasins et crédits revolving propres aux grandes enseignes commerciales sont également dans le collimateur de la ministre. Si elle indique ne pas souhaiter la disparition des offres de « crédit sur le lieu de vente », elle pointe toutefois du doigt le devoir de responsabilisation, tant de l'emprunteur que de l'établissement prêteur. Des actions devraient donc être entreprises afin qu'on ne puisse plus « proposer un crédit à la consommation au moment de passer à la caisse ou encore en prenant un ticket de parking ».

Enfin, concernant l'engagement des banques de relancer la distribution du crédit (emprunt à la consommation comme Simulation prêt immobilier en ligne), Christine Lagarde se félicite des chiffres publiés hier certifiant d'une progression des encours de crédit octroyés au mois d'octobre (+0,6% par rapport au mois de septembre) mais reste relativement prudente. « C'est positif mais il faut que cet effort se poursuive. Après des excès d'imprudence, je ne voudrais pas que les banques pèchent aujourd'hui par un excès de prudence », déclare-t-elle avant d'évoquer d'éventuelles mesures pour la fin de l'année.

La volonté du gouvernement de lutter contre les abus liés au crédit à la consommation est saluée par les associations de consommateurs qui devraient toutefois porter un regard vigilant sur les prochaines actions entamées. En effet, le nombre de surendettés en France a quasiment doublé en un an pour atteindre 2,4 millions.

Vos réactions

Crédit immobilier - Crédit à la consommation : Christine Lagarde veut sanctionner les abus

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Crédit à la consommation : Christine Lagarde veut sanctionner les abus

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page