Les agents immobiliers abandonneront-ils la location ?

29/10/2013 à 10:27 - Immobilier - Par - Réagir

Les agents immobiliers abandonnent la location
Les agents immobiliers abandonneront-ils la location ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Adopté ce lundi 28 octobre en première lecture par les sénateurs, le projet de loi Alur n'en reste pas l'objet de toutes les critiques, tant de la part des propriétaires que des professionnels de l'immobilier. S'il faut en croire un sondage réalisé par la plateforme locative BePrem's, ces derniers seraient ainsi plus de 9 sur 10 à manifester leur opposition à ce projet de loi.

Si les points abordés par le projet de loi Alur sont divers et variés, ce sont ceux relatifs aux rapports locatifs qui semblent devoir cristalliser toutes les attentions. Encadrement des loyers, garantie universelle des loyers ou encore plafonnement des frais d'agence sont en effet autant de sujets qui divisent aujourd'hui l'opinion. Alors que les locataires saluent de telles dispositions, propriétaires et agents immobiliers leurs portent un tout autre regard. Illustrant cette défiance des professionnels à l'égard des différentes mesures imaginées par Cécile Duflot, un récent sondage montre que si 91% des agents immobiliers y sont défavorables, ils sont surtout plus d'un sur deux (51%) à envisager l'arrêt de toute activité liée à la location.

Concernant les 49% restants, bon nombre d'entre eux estiment qu'une réorganisation de leurs activités s'avèrera nécessaire. Face à la perspective d'un plafonnement des frais d'agences, 88% des agents immobiliers chercheront tout d'abord à réduire leurs dépenses (frais de déplacement) en durcissant la sélection des candidats locataires avant les visites et 38% espèrent pouvoir répercuter le manque à gagner sur les honoraires demandés aux propriétaires.

Dans un contexte où la location est désormais considérée comme une activité de moins en moins rentable, aucune disposition proposée par la loi Alur ne semble trouver grâce aux yeux des agents immobiliers. Ils sont ainsi 83% à n'accorder aucun crédit à la garantie universelle des loyers (source selon eux de déresponsabilisation des locataires) et 61% à penser que l'encadrement des loyers aura un impact négatif sur le marché.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page