Les agents immobiliers n'ont pas la cote

22/10/2014 à 11:52 - Immobilier - Par - Réagir

Les agents immobiliers n'ont pas la cote
Les agents immobiliers n'ont pas la cote

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Se mettant progressivement en place, la loi Alur fait-elle l'unanimité auprès des professionnels du logement dont elle est censée réglementer l'activité ? S'il l'on en croit le dernier Observatoire publié par A vendre A louer, ce n'est résolument pas le cas, loin s'en faut. Les agents immobiliers, dont la cote de popularité auprès des français semble être au plus bas, seraient ainsi une très large majorité à porter un regard particulièrement négatif sur la loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové.

La loi Alur : bête noire des agents immobiliers

Instaurant notamment un plafonnement des frais d'agence pour les locations, la loi Alur du 24 mars 2014 ne s'est pas montrée des plus tendres avec les agents immobiliers. Rien d'étonnant donc à ce qu'une récente étude révèle que 88% d'entre eux considèrent que cette loi porte préjudice à leur activité. Les contraintes imposées par la loi Alur en matière de démarches administratives sont rapidement devenues une véritable plaie pour des agents immobiliers qui sont aujourd'hui 86% à s'en plaindre (contre seulement 34% en 2012). Et comme si cela ne suffisait pas, 39% des agents immobiliers estiment également que cette loi, visant entre autre à assainir leur profession, porte atteinte à leur image.

Agents immobilier : une popularité au plus bas

En matière d'image, les agents immobiliers n'ont effectivement pas la cote. L'étude souligne ainsi qu'une majorité de français ne leur font pas confiance et ce, même s'ils consentent pour la plupart à avoir recours à leurs services pour mener à bien leur projet immobilier (9 français sur 10 passe ainsi par une agence pour vendre, acheter ou louer un logement). Entre des commissions jugées trop peu transparentes (pour 54% des français) et un goût du gain passant avant l'intérêt du client (51% des sondés pointent du doigt une volonté de maintenir les prix hauts pour gonfler leurs commissions), Stéphane Anfosso, Directeur Général A Vendre A Louer note que « rarement une profession n'aura été autant décriée ».

Les clés de la reconquête

Afin de rectifier le tir, les agents misent non seulement sur les nouvelles technologies (60% d'entre eux ont de plus en plus recours à la publicité en ligne et 95% utilisent intensivement les sites d'annonces immobilières) mais également sur une offre diversifiée. Un agent sur deux entend ainsi développer les services proposés aux propriétaires dans le but de les fidéliser (contre 34% en 2012).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page