Les prix de l'immobilier parisien repartent à la hausse

04/11/2013 à 15:45 - Immobilier - Par - Réagir

Les prix de l'immobilier parisien repartent à la hausse
Les prix de l'immobilier parisien repartent à la hausse

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

La capitale française arrivera-t-elle un jour à se mettre au diapason du marché immobilier hexagonal ? Pas si sûr si l'on tient compte de la dernière publication émanant du réseau d'agences Laforêt qui fait état d'une nouvelle progression du prix des logements parisiens sur le troisième trimestre 2013.

“Paris sera toujours Paris”. S'il s'agit du titre d'une chanson que l'on doit à Maurice Chevalier, celui-ci peut aujourd'hui faire figure d'adage tant la capitale s'affiche une nouvelle fois comme une exception dans le panorama immobilier français. En effet, dans une étude dévoilée récemment, le réseau Laforêt constate certes un repli global des prix de l'immobilier au cours du troisième trimestre mais lève également le voile sur le mouvement haussier qui a parallèlement affecté le marché parisien.

Concrètement, alors qu'un ajustement des prix de l'ordre de -2% a pu être observé à l'échelle nationale par le réseau d'agences (le mètre carré s'établissant à une moyenne de 2805 euros), l'immobilier parisien s'affiche de son côté en hausse de +0,5%. Après une baisse couvrant les deux trimestres précédents, cette orientation haussière a donc permis aux prix des logements de se redresser à 8200 euros/m² sur ce troisième trimestre. Une situation que ne connaît toutefois pas l'ensemble de l'Ile-de-France, les prix ayant dans cette région accusé un repli trimestriel de l'ordre de -2,5%.

S'il faut en croire Laforêt, cette remontée des prix serait à mettre à l'actif de l'accalmie observée depuis le début de l'année. Bon nombre de candidats à l'achat (disposant des ressources suffisantes, notamment en ce qui concerne l'apport personnel) ont ainsi vu dans ces six mois de baisse des prix “un effet d'aubaine” à ne pas manquer. Voilà qui pourrait donc expliquer le bond de 25% des demandes enregistré par le réseau. Néanmoins, Elix Rizkallah, président de Laforêt, reste lucide et se défend de tout excès d'optimisme. "Les annonces incessantes du gouvernement, l'instabilité fiscale et le récent projet de Loi ALUR découragent de nombreux Français à s'engager dans un projet immobilier", précise-t-il ainsi (voir notre article pour plus de détails).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page