Les réponses de la Fnaim face au mal-logement

04/02/2013 à 15:45 - Immobilier - Par - Réagir

Les réponses de la Fnaim face au mal-logement
Les réponses de la Fnaim face au mal-logement

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Micro-logements aux loyers abusifs, appartements laissés volontairement vacants, perspective d'une loi instaurant les réquisitions, depuis plusieurs mois maintenant, le problème du mal-logement semble s'être durablement installé dans l'actualité. Une présence médiatique qui, si elle apparaît amplement justifiée au regard des quelques 3,6 millions de personnes concernées (selon le dernier rapport de la Fondation Abbé Pierre), pousse la Fnaim à s'interroger sur les causes de la crise du logement et à appeler à de nouvelles mesures.

Dans l'attente d'une grande loi sur le logement et l'urbanisme programmée pour le mois de juin prochain et en réaction à un récent rapport de la Fondation Abbé Pierre sur le mal logement, la Fédération nationale des agents immobiliers (Fnaim) interpelle le gouvernement au sujet des logements sociaux.

Publié ce vendredi 1er février 2013, le communiqué de la Fnaim énumère diverses propositions qui pourraient, selon la fédération, être en mesure d'endiguer de façon concrète la crise du mal-logement. Si certains ne verront ici qu'un discours de circonstance voué à l'oubli, pour le président de la Fnaim, Jean-François Buet, l'objectif est avant tout d'inciter le gouvernement à se poser les bonnes questions et à oser ouvrir un vrai débat.

Précisant que 60% des français peuvent légalement prétendre à occuper l'un des 5 millions de logements sociaux présents sur notre territoire (soit 15,3% du parc immobilier), la fédération considère une réforme de leur méthode d'attribution comme une étape indispensable. Elle propose donc que soit mise à l'étude une « révision des plafonds de ressources pris en compte pour leur attribution ».

On évoque souvent le cas de ces ménages qui occupent un logement social tout en affichant des revenus qui leur permettraient aisément de se loger au sein du parc privé. Une situation sur laquelle la Fnaim s'interroge également, soulignant que « le paiement d'un surloyer ne permet pas à lui seul d'augmenter le taux de rotation dans le parc social (8,8%) qui est deux fois inférieur à celui du parc locatif privé ».

Sur la question des logements vacants, la fédération semble éluder le problème du déficit foncier (pratique largement utilisée par les banques, compagnies d'assurance et autres groupes financiers qui consiste à laisser un logement inoccupé afin de profiter de certains avantages fiscaux), préférant se concentrer sur ces zones faiblement tendue où « des logements disponibles ne trouvent pas preneur ».

Prévue pour le mois d'avril, une concertation avec Cécile Duflot, la ministre du Logement, devrait permettre à la Fnaim de plaider une nouvelle fois en faveur d'un « bail solidaire », un dispositif destiné à faciliter l'accès des locataires les plus modestes « à des logements offerts par des bailleurs qui s'engageraient à pratiquer des loyers modérés ». En contrepartie, les propriétaires bailleurs pourraient quant à eux profiter d'avantages fiscaux non négligeables.

Vos réactions

Immobilier - Les réponses de la Fnaim face au mal-logement

Noter cet article :

5 3

Par caille -

quel est votre approche du solibail, louons solidaire ??

AVEZ VOUS UN BILAN ,,??

des personnes à contacter

MERCI

Lire la suite

Par mlou1 -

En France les prix sont montés jusqu'au ciel, il doivent baisser
d'environ 33%, cela ne devrait pas être trop difficile pour nos professionnel de l'immo, ils ont engrangés 450Mds en 11ans, même s'ils doivent faire rentrer un peu d'argent des paradis fiscaux...
PRIX (moyen) du m² dans le NEUF en 2011:
• 1. France : 3 790 euros/m² (+6,2 % par rapport à 2010)
• 2. Royaume-Uni : 3 025 euros/m² (+2,5 %)
• 3. Italie : 2 792 euros/m² (-1,8 %)
• 4. Pays-Bas : 2 090 euros/m² (+0,2 %)
• 5. Belgique : 2 027 euros/m² (+3,1 %)
• 6. Danemark : 1 997 euros/m² (-0,6 %)
• 7. Autriche : 1 890 euros/m² (+3,1 %)
• 8. Espagne : 1 740 euros/m² (-5,6 %)
• 9. Allemagne : 1 290 euros/m² (+4 %)
• 10. République tchèque : 1 226 euros/m² (+1,6 %)
• 11. Pologne : 1 152 euros/m² (-1,2 %)
• 12. Hongrie : 784 euros/m² (-23 %)
*Etude conduite simultanément en Autriche, en Belgique, en République Tchèque, au Danemark, en France, en Allemagne, en Hongrie, en Italie, aux Pays-Bas, en Pologne, en Espagne et au Royaume-Uni. Les analyses ont été effectuées à partir des données de marché disponibles dans chacun des pays, provenant en partie pour la France, de l’Insee, de l’OCDE, du Conseil supérieur du notariat, de la Chambre de Notaires de Paris, et du Conseil Général de l’environnement et du Développement Durable
En Allemagne la commission d'agence est de 3% maxi + la TVA = 3,57%

Lire la suite

Par Indignee66 -

Ce que la FNAIM veut ... : le bail solidaire existe déjà puisqu'existe le conventionnement à loyer intermédiaire ou social qui permet à un bailleur de bénéficier de 30 ou 60% de déduction forfaitaire sur les revenus locatifs pour peu qu'il modère ses loyers suivant un barème détermine par l'Anah localement, .. et s'engage a louer un logement décent

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Immobilier - Les réponses de la Fnaim face au mal-logement

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page