Les résidences secondaires ne se vendent plus

14/04/2015 à 15:30 - Immobilier - Par - Réagir

Les résidences secondaires ne se vendent plus
Les résidences secondaires ne se vendent plus

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Posséder une résidence secondaire serait-il un luxe ? C'est en tout cas ce qu'estiment les notaires en constatant que ces logements ont aujourd'hui énormément de mal à se vendre.

Immobilier : quand la baisse des prix ne suffit pas à relancer les ventes

Dans leur dernière note de conjoncture publiée ce lundi 13 avril, la chambre des notaires de France soulignait certes l'accélération d'une baisse des prix gagnant peu à peu l'ensemble du territoire (-2,4% sur un an) mais exposait également ses doutes quant à une possible sortie de crise du marché immobilier. En effet, si les prix se replient, il en va de même des transactions dont le volume aurait reculé de -3% en un an. S'il s'agit là d'une moyenne nationale englobant l'ensemble des biens immobiliers anciens, les notaires mettent toutefois en exergue le cas des résidences secondaires dont la situation se révèle des plus critiques.

Indice des prix de l'immobilier ancien - Notaires avril 2015

Résidence secondaire : un marché sinistré

Alors que « sur les côtes touristiques, les volumes de ventes et les prix sont en berne et devraient le rester », les notaires observent qu'à l'intérieur des terres, le marché des résidences secondaires se révèle « véritablement sinistré ». Si cette tendance cache d'importantes disparités régionales, force est de constater que, dans un contexte d'incertitude économique, les candidats à l'achat se sont radicalement détournés de ce marché bien particulier. « Rappelons qu'il s'agit d'achats plaisir, délaissés faute de confiance en l'avenir. L'acheteur ne sait pas notamment si un tel investissement assurera la conservation de son épargne », expliquent ainsi les auteurs de l'étude.

Le prix des résidences secondaires chute

Et pourtant, les acheteurs potentiels auraient ici de quoi réaliser de bonnes opérations. En effet, les prix de vente des résidences secondaires « ont subi de fortes baisses en 2014, quels que soient les secteurs » et se seraient même littéralement effondrés dans les terres. Si le Luberon affiche une baisse moyenne de l'ordre de -10%, cette correction se révèle minime en comparaison de la Normandie où le recul des prix oscille entre -20 et -25%. Plus impressionnant encore, depuis 2008 le prix des résidences secondaires accuserait même une correction avoisinant les -50%. Mais les notaires de le rappeler : au regard de la faible occupation de ces logements par leur propriétaire (42 nuits en moyenne par an) et des difficultés qu'imposeront une éventuelle revente, « posséder une résidence secondaire est plus que jamais un luxe ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page