Entre hausse et baisse les taux de crédit n'arrivent pas à faire leur choix

19/11/2013 à 16:15 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Les taux de crédit adoptent un attentisme provisoire
Entre hausse et baisse les taux de crédit n'arrivent pas à faire leur choix

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

A quelques semaines de la fin de l'année, les professionnels du crédit immobilier ne semblent plus savoir sur quel pied danser. Si certains jouent les oiseaux de mauvaise augure en annonçant une imminente hausse des taux, d'autres se montrent plus réservés sur l'évolution qu'adopteront les taux de prêt d'ici à la fin 2013. C'est notamment le cas du courtier Empruntis qui n'hésite pas à avouer une certaine indécision quant aux perspectives à venir.

Si la semaine dernière des événements d'importance sont venus bousculer le petit monde tranquille du crédit immobilier (abaissement du taux directeur de la BCE, dégradation de la note française par Standard and Poor's), les professionnels du secteur semblent avoir du mal à évaluer leurs répercutions à plus ou moins courts termes sur les taux. "En effet, si la baisse du taux de la BCE était une bonne nouvelle pour les taux de crédits, la baisse de la note de la France pourrait, au conditionnel donc, sans aucune certitude avoir une influence sur le niveau des OAT qui se répercutera sur les taux fixes des crédits aux particuliers", explique ainsi Maël Bernier, la porte-parole.

Entre hausse et baisse, les taux de prêt immobilier ne savent donc que choisir. Une indécision qui permet à une relative stabilité de s'installer tout au moins provisoirement en cette première moitié du mois de novembre. "On note bien sûr quelques hausses et quelques baisses mais dans l'ensemble rien ne bouge", souligne le courtier.

Dans le détail, un prêt immobilier souscrit sur 15 ans se négocie toujours au taux moyen de 3,25% alors qu'un emprunt sur 20 ans affiche un taux moyen se maintenant à 3,55%. Sur le front des disparités régionales, peu de changement sont à constater là aussi puisque, si le Sud-Ouest se révèle une nouvelle fois être la région la moins chère (3,20% sur 15 ans et 3,50% sur 20 ans), le Nord conserve lui aussi son étiquette de région au taux les plus élevés (3,35% sur 15 ans et 3,65% pour un emprunt sur 20 ans).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page