Livret A : les épargnants paieront pour les banques

21/07/2015 à 16:08 - Immobilier - Par - Réagir

Livret A : les épargnants paieront pour les banques
Livret A : les épargnants paieront pour les banques

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dans moins d'une dizaine de jours, le taux du Livret A perdra un quart de sa valeur pour s'établir à 0,75%. Une révision qui ne fait pas l'affaire des épargnants et suscite de vives critiques.

Taux du Livret A : 0,75% toujours mieux que 0,50%

A compté du 1er août prochain, le taux de rémunération du Livret A passera sous la barre des 1% (son niveau actuel) pour s'élever à 0,75%. Si la nouvelle a de quoi irriter bon nombre d'épargnants, la baisse de ce taux n'a somme toute rien de surprenant et aurait pu être plus douloureuse. Le 6 juillet dernier, Christian Noyer, gouverneur de la Banque, lançait déjà qu'« il est hors de question que le taux ne baisse pas au cours de l'année ». L'affaire semblait donc entendue et bon nombre d'observateurs tablaient sur un taux du Livret A à son plus bas historique (soit 0,50%, un niveau jamais atteint depuis 1818). Si le gouvernement a bel et bien suivi la recommandation de Christian Noyer en révisant ce taux à la baisse, la correction appliquée reste toutefois de moindre ampleur que ce qu'elle n'aurait dû être si l'on s'en était tenu à la méthode de calcul habituelle.

Livret A moins rémunéré : le gouvernement est satisfait

Si le taux du Livret A n'était jamais descendu sous la barre des 1%, Christian Noyer estime qu'avec un taux de 0,75% « l'épargne immédiatement disponible des Français restera ainsi rémunérée nettement au-dessus de l'inflation au cours des prochains mois ». De son côté, Michel Sapin se félicite de ce nouveau taux qui, si l'on en croit le ministre des Finances, devrait « garantir le pouvoir d'achat des épargnants » mais également « favoriser l'investissement du secteur du logement social avec un gain de plus de 300 millions d'euros ».

Epargnants : les grands perdants du jour

A côté de ce satisfecit gouvernemental, les critiques n'ont pas tardé à fuser. Pour l'association de défense des consommateurs CLCV, « cette décision du gouvernement est regrettable » et devrait principalement peser sur le budget d'« une clientèle captive de personnes à faibles revenus, qui ne peut pas placer ailleurs son épargne ». Quant à Philippe Crevel, directeur du Cercle de l'épargne, il estime que cette réduction du taux du Livret A doit avant tout être perçue comme « un geste vis-à-vis des banques, dont les livrets bancaires n'étaient plus du tout compétitifs ». Concrètement, en passant d'un taux de rémunération de 1% à 0,75%, les épargnants ayant d'ores et déjà atteint le plafond de leur Livret A (22 950 euros depuis 2013) verront leurs intérêts annuels s'alléger de 57,37 euros (passant de 229,5 euros à 172,12 euros).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page