Logement : le marché du neuf n'en finit plus de dévisser

14/11/2013 à 15:52 - Immobilier - Par - Réagir

Logement : le marché du neuf n'en finit plus de dévisser
Logement : le marché du neuf n'en finit plus de dévisser

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si l'objectif du gouvernement de construire quelques 500.000 logements chaque année aurait pu entretenir l'espoir des professionnels du secteur, les constats que dressent régulièrement ces derniers se révèlent pourtant être des plus cinglants. Dans sa dernière note de conjoncture, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) constate non seulement un repli du nombre de transactions conclues au cours du 3ème trimestre mais également un effondrement des mises en vente.

Dans la spirale négative au sein de laquelle le logement neuf semble être résolument englué, l'éclaircie constatée au 2ème trimestre n'aura finalement été qu'éphémère. Par rapport à la même période en 2012, ce troisième trimestre présente ainsi un volume de ventes en retrait de -1%. Devant la faible amplitude de cette baisse, la FPI souligne que le troisième trimestre 2013 affiche des écarts bien plus significatifs lorsqu'on le compare aux années précédentes. Les ventes de logements neuf céderaient ainsi près de -25% par rapport à la même période en 2011 et près de -35% par rapport au 3ème trimestre 2010.

Plus inquiétant encore, s'il faut en croire l'observatoire établi par la FPI, le nombre de mises en vente aurait quant à lui chuté de -18,5% sur un an à 92.330 logements proposés à la vente. Rien d'étonnant donc à ce que le président de la Fédération, François Payelle, note avec dépit qu'« au-delà de l'évolution mois après mois des chiffres, c'est malheureusement l'arrêt progressif de l'outil de production de logements neufs, pressenti en début d'année, qui se confirme ».

Si les particuliers souhaitant acquérir un bien immobilier pour y loger ne se sont pas encore complètement détournés du marché du neuf (les ventes à cette catégorie d'acheteurs progressant même de +1,1% sur un an), on ne peut pas en dire autant des investisseurs privés (-3,9%). Faisant autrefois les beaux jours de l'immobilier locatif, ces derniers ne se pressent désormais plus au portillon et ce, malgré des taux de prêt immobilier particulièrement attractifs. Pour la FPI, la faute en revient principalement à un dispositif de défiscalisation Duflot trop contraignant pour être rentable et à un projet de loi Alur dont certaines dispositions font craindre le pire aux investisseurs (encadrement des loyers et GUL en tête).

Sur le front des prix, ceux-ci s'affiche certes en sensible baisse (-2,2%) par rapport au troisième trimestre 2012 mais semble toutefois se maintenir par rapport aux prix observés au 2ème trimestre 2013. Cette stagnation d'un trimestre sur l'autre sera notamment due à « l'inélasticité des prix de vente à la baisse tant que des mesures fortes de simplification des règles et les conditions d'un véritable choc foncier n'auront pas été décidées pour faire baisser le prix de revient des logements ». Et François Payelle de conclure : « les professionnels ont fait des propositions aux pouvoirs publics ; il est urgent de les prendre en compte ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page