Logements vacants : l'obsession de Cécile Duflot

14/05/2013 à 10:56 - Immobilier - Par - Réagir

Logements vacants : l'obsession de Cécile Duflot
Logements vacants : l'obsession de Cécile Duflot

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si l'objectif de construire 500.000 nouveaux logements chaque année ne semble désormais plus d'actualité, le gouvernement mise toutefois sur l'application de diverses mesures pour remettre le marché immobilier sur de bons rails.

La crise devrait finalement avoir raison de l'engagement pris par François Hollande lors de la campagne présidentielle. Ce lundi 13 mai, Cécile Duflot, la ministre du Logement, a en effet sous-entendu que le Chef de l'Etat avait peut-être vu un peu grand en promettant la construction annuelle de 500.000 nouveaux logements. Néanmoins, le gouvernement n'entend pas baisser les bras et mise sur les actions d'ores et déjà engagées pour éponger un manque de logements préjudiciable.

Plus qu'une simple piste de travail, le recours aux logements vacants pourrait bientôt jouer un rôle de premier plan. Si la France compte actuellement entre 2,5 et 3,5 millions d'habitations inoccupées, Cécile Duflot assure que remettre ces biens en circulation sur le marché locatif représente pour elle une priorité. « Mon obsession est de remettre sur le marché ces logements vacants. J'ai un objectif qui est d'arriver à en récupérer au moins la moitié à terme », souligne-t-elle.

Dans cette optique, la fiscalité appliquée à ces logements a ainsi récemment été renforcée. Alors que les propriétaires d'un bien vacant depuis deux ans devaient auparavant s'acquitter d'une taxe correspondant à 10% de sa valeur locative la première année puis à 12,5% l'année suivante et enfin à 15% la troisième, ces derniers sont aujourd'hui soumis à une imposition plus importante. Depuis le 1er janvier 2013, la taxe sur les logements vacants (qui s'applique maintenant à l'issue de la première année de vacance) a vu son taux être porté à 12,5% la première année puis à 25% dès la deuxième.

Une bien mauvaise nouvelle donc pour ces propriétaires que le gouvernement tente de rassurer en évoquant une possible refonte de la GRL (garantie des risques locatifs). Pour inciter les propriétaires récalcitrants à louer leur logement, un dispositif pourrait ainsi voir le jour afin de les sécuriser face aux risques d'impayés de loyers. « Nous travaillons sur les garanties universelles des loyers », précise à ce sujet la ministre. « L'objectif est de sécuriser les propriétaires qui mettent en location leur bien et qui, pour certains d'entre eux, ne le font pas par crainte d'avoir à gérer les contentieux ».

Envie de devenir propriétaire ? Réalisez une simulation de crédit immobilier en ligne

Devant être présentée début juillet, cette garantie universelle devrait concerner l'ensemble du parc locatif privé et jouera un rôle d'intermédiaire entre le propriétaire et le locataire. Un intermédiaire « qui sera le garant du paiement des loyers mais aussi de son recouvrement ».

Vos réactions

Immobilier - Logements vacants : l'obsession de Cécile Duflot

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Logements vacants : l'obsession de Cécile Duflot

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page