Loi Alur : Cécile Duflot en colère !

16/06/2014 à 10:46 - Immobilier - Par - Réagir

Loi Alur : Cécile Duflot en colère !
Loi Alur : Cécile Duflot en colère !

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Cécile Duflot n'est peut être plus ministre du Logement mais cela ne l'empêche pas de conserver un oeil critique sur ce qui fut son domaine de prédilection et de défendre une loi Alur qu'elle a portée de longs mois durant. Face à la perspective d'une refonte de certaines de ses mesures, Cécile Duflot est donc montée au créneau, ce samedi, pour dénoncer l'attitude du gouvernement.

Duflot dénonce un recul pour le logement

"Ne soyons pas dupes, il s'agit d'une opération qui consiste à attaquer une des véritables lois de gauche de ce mandat", intervenant dans les colonnes du Parisien/Aujourd'hui en France, voilà comment Cécile Duflot interprète le remaniement de la loi Alur qui semble devoir se dessiner. Suite aux rumeurs circulant la semaine dernière sur un possible "détricotage" de la loi, le Premier ministre, Manuel Valls, avait alors précisé qu'un "certain nombre de modifications" pourraient y être apportées. Une perspective qui a immédiatement suscité la colère de l'ancienne ministre qui voit ici se profiler un "nouveau recul" en matière de logement.

Le soldat Duflot au secours de l'encadrement des loyers

Parmi les bruits de couloirs circulant sur cette future refonte, les plus persistants évoquent notamment la suppression de la Garantie universelle des loyers et la réduction du champ d'action de l'encadrement des loyers. Or, concernant ce dernier point, celle qui fut à l'initiative de la loi Alur note que celui-ci "n'est pas seulement l'affaire de Cécile Duflot, c'est une promesse du candidat à la présidentielle François Hollande". Cécile Duflot précise en outre qu'un éventuel remaniement de sa loi "reviendrait à trahir des engagements de campagne sans aucun effet positif sur la construction".

Loi Alur : Manuel Valls évoque des modifications

Un avis que ne partage évidemment pas Manuel Valls avec lequel Cécile Duflot a bien souvent eu maille à partir lorsqu'ils étaient tous deux au gouvernement. "Il faut une loi sur le logement, elle existe, mais si nous avons une loi sur le logement qui ne permet pas le redémarrage du logement, cela veut dire qu'il faut apporter un certain nombre de modifications", a ainsi déclaré le Premier ministre.

Si pour l'heure rumeurs et supputations sont de mise, il conviendra d'attendre le 25 juin prochain et l'intervention programmée de Sylvia Pinel (actuelle ministre du Logement) pour en savoir plus sur le sort que le gouvernement réserve à la loi Alur.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page