Les propriétaires ne décolèrent pas face au projet de loi Alur

05/11/2013 à 16:01 - Immobilier - Par - Réagir

Loi Alur : les propriétaires ne décolèrent pas
Les propriétaires ne décolèrent pas face au projet de loi Alur

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Le projet de loi sur le logement défendu par Cécile Duflot n'a décidément pas bonne presse auprès des acteurs de l'immobilier. Depuis sa présentation, pas une semaine ne se passe sans qu'il ne fasse l'objet de vives critiques. C'est désormais au tours de La Chambre des Propriétaires de s'en prendre à un texte qui, selon l'association, n'est pas en mesure d'apporter de “solutions fiables à la crise du logement”.

Le 29 octobre dernier, après le vote du projet de loi Alur par les sénateurs en première lecture trois jours plus tôt, l'Unpi avait pris acte du vote en estimant que celui-ci n'avait abouti qu'à une modification marginale du texte initial. C'est sensiblement le même constat que dresse la Chambre des Propriétaires dans un communiqué adressé ce lundi 4 novembre. Qu'elles portent sur l'encadrement des loyers, sur la suppression des pénalités financières imposées aux locataires en cas de retard de loyer ou encore sur l'allongement de la trêve hivernale, l'association estime que “les modifications mineures qui ont été adoptées ne font que conforter des dispositifs déséquilibrant les rapports locataires - bailleurs au détriment de ces derniers”.

S'appuyant sur le rapport remis récemment dans lequel le CAE (Conseil d'analyse économique) pointait du doigt les faiblesses des différentes mesures prônées par la loi Alur, la Chambre des Propriétaires cible tout particulièrement la future Garantie universelle des loyers (GUL). Le gouvernement n'ayant apporté aucune précisions quant au financement et aux modalités d'application d'un dispositif devant entrer en vigueur en 2016, elle estime qu'il s'agit là d' “autant d'inconnues qui sont pourtant des données essentielles pour pouvoir se prononcer de manière éclairée sur un dispositif aussi lourd de conséquences”.

Dénonçant la mise en place insidieuse d'un nouvel impôt sur la location, Denys Brunel, président de l'association, considère que ce projet de loi n'aura comme seuls impacts que d'accentuer la pénurie de logements et de “dégoûter les petits investisseurs”. Selon lui, “certaines revues spécialisées suggèrent déjà de placer son argent dans le locatif en Allemagne ou en Espagne. C'est dire si la situation est loin d'être favorable aux propriétaires”.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page