Loyers : les agents immobiliers nous trompent

14/09/2015 à 10:54 - Immobilier - Par - Réagir

Loyers : les agents immobiliers nous trompent
Loyers : les agents immobiliers nous trompent

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Dans leur volonté de mettre à mal le dispositif d'encadrement des loyers, les agents immobiliers seraient prêts à tout, même à truquer les chiffres de leurs études. C'est en tout cas ce que dénonce le quotidien Libération.

Les agents immobiliers ont déclaré la guerre à l'encadrement des loyers

Dès les premiers instants, les professionnels de l'immobilier se sont montrés extrêmement hostiles à l'égard du dispositif d'encadrement des loyers. Tout au long d'un parcours législatif mouvementé, les agents immobiliers notamment n'ont eu de cesse de dénoncer une mesure privilégiant les locataires au détriment des propriétaires-bailleurs. Si l'on aurait pu penser que cette fronde allait s'estomper avec l'entrée en application du dispositif (le 1er août dernier), c'est finalement à un renforcement des tensions que l'on est aujourd'hui en train d'assister. Entre recours déposés devant le conseil d'Etat, plainte émise au tribunal administratif de Paris et publications assassines, le climat est loin de s'être assagi autour de l'encadrement des loyers. Mais à ce jeu-là, les agents immobiliers n'en font-ils pas un peu trop ? C'est en tout cas ce qu'estime le journal Libération qui pointe tout particulièrement du doigt le réseau Century 21.

Les « mensonges » de Century 21 dévoilés au grand jour

Si l'on en croit le quotidien, Century 21 n'aurait en effet pas hésité à « bidonner » les chiffres de récentes études afin de discréditer le plafonnement des loyers. Concrètement, le réseau aurait délibérément minimisé les hausses enregistrées par les loyers et ce, dans le seul et unique but de prouver l'inutilité de la mesure phare de la loi Alur. Pour le 1er semestre 2015, Century 21 a ainsi fait état de loyers parisiens s'établissant en moyenne à 691 euros pour un studio, 1062 euros pour un 2 pièces ou encore 1901 euros mensuels pour un 4 pièces et plus. Or, en s'appuyant sur les annonces diffusées par le groupe, Libération s'est livré à ses propres calculs, aboutissant à un tout autre résultat. Pour les studios, le loyer moyen ne serait donc pas de 691 euros mensuels mais plutôt de 937 euros. Même constat du côté des 2 pièces (1234 euros au lieu de 1062 euros), les 3 pièces (1881 euros au lieu de 1538 euros pour Century 21) et pour les 4 pièces et plus (2917 euros contre 1901 euros). Si les chiffres ainsi communiqués par l'agent immobilier lui ont permis d'évoquer des prix à la location en retrait de -6,3% sur 10 ans, Libération estime que la vérité serait plutôt à chercher du côté de l'Insee qui note pour sa part que les loyers ont progressé de 20% sur l'ensemble du territoire depuis 2005.

Les agents immobiliers sont-ils encore crédibles ?

A la vindicte des professionnels de l'immobilier s'ajoute donc désormais un net sentiment de malaise dont ils se seraient bien passés. Alors que le monde de l'immobilier s'est récemment doté d'un nouveau code de déontologie, de telles pratiques apportent, si besoin était, de l'eau au moulin de ceux qui doutent déjà de l'impartialité de ce code. Enfin, face à la défiance que les français pourraient de nouveau manifester à l'encontre des agents immobiliers, certains professionnels n'hésitent pas à dénoncer l'initiative de Century 21. « On ne peut pas publier des chiffres de hausse des loyers éloignés de la réalité […]. Si on veut être crédibles, il faut rester rigoureux », lance ainsi l'un d'entre eux.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page