Lyon : immobilier et élections municipales

07/03/2008 à 00:00 - Immobilier - Par - Réagir

Lyon et l'immobilier
Lyon : immobilier et élections municipales

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

A quelques jours des élections municipales, le quotidien Métro publie pour chaque ville où il est distribué une série d'articles sur les priorités des électeurs pour cette campagne électorale. A Lyon, les lecteurs du quotidien ont placé l'immobilier en troisième position (15% des votes) derrière les préoccupations concernant les transports en commun (21%) et le développement du réseau routier (17%).

Si l'immobilier locatif français n'enregistre plus comme auparavant une hausse conséquente (+2,6% en 2007 contre +5,6% en 2006), le loyer que doit verser le locataire d'un logement lyonnais (qu'il s'agisse d'une maison ou d'un appartement) reste élevé, tout comme le prix du mètre carré qui flirte désormais avec le seuil des 4.000 euros (3.910 euros). Le prix d'une location ne constitue pas le seul frein à l'accession au logement et les garanties demandées par les propriétaires bailleurs, parfois disproportionnées, réduisent considérablement les possibilités offertes aux futurs locataires, notamment pour les jeunes et les ménages à faible revenu, comme en témoigne Marie, une mère au foyer de 26 ans : « Les loyers sont trop chers à Lyon et il faut changer la façon d'étudier les dossiers. On m'a demandé trois garants alors que la loi n'en exige que deux ». Il n'est pas question non plus pour eux d'envisager la souscription d'un crédit immobilier, c'est ce que précise Moktar, un diététicien de 50 ans : « quand on est un jeune couple, c'est dur de s'engager sur vingt ou trente ans car, par définition, les jeunes couples sont instables ».

Pourtant les efforts fournis par la municipalité ne manquent pas et Lyon se place même parmi les bons élèves en ce qui concerne le développement des logements sociaux. Tout proche des 20% de logements sociaux imposés par la loi SRU (19%), la disparité entre les arrondissements lyonnais s'avère toutefois importante (13% seulement pour le 4ème arrondissement par exemple). Les chantiers de démolition - reconstruction se sont multipliés et si les possibilités de relogement ne manquent pas, les particuliers concernés se heurtent à d'autres problèmes comme l'explique Orida Lagati, de la Confédération Nationale du Logement : « On propose aux gens qui habitaient dans des barres, des logements plus petits avec un loyer en hausse de 100 euros. Le risque est de voir ces gens partir ».

L'immobilier et notamment les difficultés liées à la recherche d'un logement constituent l'une des principales préoccupations des électeurs lyonnais. Les différents candidats ont donc tout naturellement positionné l'immobilier comme l'un des grands thèmes de développement futur et des solutions semblent déjà être nées de l'émulation de la campagne municipale telle que la proposition faite par les candidats verts d'un habitat coopératif permettant à un ménage de devenir propriétaire ou locataire tout en partageant certaines pièces du bien immobilier avec d'autres foyers (mise en commun de la chambre d'amis, de la salle de jeux, etc.)

Vos réactions

Immobilier - Lyon : immobilier et élections municipales

Noter cet article :

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Immobilier - Lyon : immobilier et élections municipales

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page