Paris n'est plus aussi attractif qu'auparavant

20/05/2014 à 15:53 - Immobilier - Par - Réagir

Paris n'est plus aussi attractif qu'auparavant
Paris n'est plus aussi attractif qu'auparavant

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Paris sera toujours Paris. Et pourtant, le dernier classement PricewaterhouseCoopers (PwC) « Cities of Opportunity » souligne la perte d'attractivité accusée par la capitale française.

Moins attractive, Paris attire toujours les touristes

Si Jean-François Martins, l'adjoint à la maire de Paris chargé du Tourisme, se félicitait récemment que “Paris et la métropole parisienne restent la première destination touristique au monde. Avec 47 millions de touristes en 2013”, en devançant nettement Londres et ses 16,8 millions de visiteurs, la dernière étude dévoilée par PricewaterhouseCoopers (PwC) pourrait bien venir doucher son enthousiasme. Si l'on en croit le cabinet d'audit, la capitale française aurait en effet légèrement rétrogradé au classement des villes mondiales les plus attractives. Un palmarès dont le podium se compose de Londres, New York et Singapour.

Fiscalité et immobilier plombent la capitale

En compétition directe avec près d'une trentaine de villes, Paris se positionne au sixième rang de ce classement, soit une perte de deux places par rapport à l'édition précédente de 2012. Un repli que Paris doit notamment à des embouteillages trop importants ainsi qu'aux difficultés rencontrées par ses habitants pour se loger (manque de logements disponibles, loyers élevés, etc.). Au sujet de ces deux points noirs, la Ville Lumière décroche en effet péniblement une 14ème place peu envieuse. Plus inquiétant encore, Paris fait partie des mauvais élèves en terme de charges locatives professionnelles (25ème), de taux d'imposition des entreprises (26ème) et du coût global de la vie (28ème).

En sensible retrait et devancée désormais par Toronto et San Francisco, Paris peut toutefois s'enorgueillir d'occuper la tête du classement en matière de capital intellectuel et d'innovation mais également en ce qui concerne la couverture de ses transports en commun. Interrogé par Le Parisien, Bernard Gainnier, directeur général de PwC France, estime d'une manière générale qu'entre les capitales française et anglaise "l'écart n'est pas énorme. Comme Londres, Paris obtient un score général très équilibré. Ce qui fait la différence, c'est le taux de croissance du pays".

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page