Paris : un marché immobilier en trompe-l'oeil

25/07/2013 à 15:48 - Immobilier - Par - Réagir

Paris : un marché immobilier en trompe-l'oeil
Paris : un marché immobilier en trompe-l'oeil

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Si la dernière note de conjoncture de la Chambre des notaires de Paris Ile-de-France fait bel et bien état d'un sensible regain du volume de ventes, celui-ci ne semble toutefois pas à même de relancer un marché de l'immobilier en berne. Une situation à laquelle l'évolution des prix ne devrait rien changer, ceux-ci n'ayant enregistré que de très faibles variations.

Ce sont des chiffres de l'immobilier en « trompe-l'½il » que nous livre ce jeudi 25 juillet la Chambre des notaires de Paris Ile-de-France. En effet, si les 29.400 logements vendus entre les mois de février et avril 2013 permettent aux notaires d'évoquer une hausse du volume des transactions de l'ordre de +13% par rapport à la même période en 2012, ces derniers ne sont toutefois pas dupes et mettent en garde contre d'éventuelles interprétations hâtives. Non, le marché n'est pas en train de reprendre des couleurs et « l'amélioration de l'activité observée par rapport à l'année dernière doit beaucoup à la période de comparaison retenue en 2012 », estiment-ils ainsi. Entre les mois de février et avril 2012, le nombre de ventes recensées se serait en effet passablement contracté après avoir été artificiellement augmenté en janvier (les vendeurs précipitant leur projet avant une réforme de la fiscalité sur la plus-value entrée en vigueur dès le mois de février).

Dans le détail, si les derniers chiffres communiqués font état d'une hausse des ventes de 14% pour les appartements et de 11% pour les maisons, les notaires franciliens estiment que « pour les 4 premiers mois de l'année, l'activité se situe en 2013 à 11% en dessous de celle de 2012 (...) Même si la baisse s'est interrompue, le nombre de ventes de logements anciens reste donc encore faible, entre 10 et 20% en dessous du niveau moyen de transactions constaté depuis 15 ans. »

Les prix ne devraient rien changer à l'affaire, affichant une relative stabilité entre les mois de janvier et avril 2013 (-0,2%). En variation annuelle, le repli se porte à -1,6% sur l'ensemble de la région Ile-de-France. Quant à Paris, le mètre carré se négociait fin avril à 8280 euros, un prix de l'immobilier qui ne devrait guère évoluer tout au long de l'été (les notaires tablant pour cette période estivale sur un prix moyen avoisinant les 8250 euros le mètre carré).

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page