Plan de rigueur et immobilier : l'écologie sacrifiée ?

02/09/2011 à 10:02 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Plan de rigueur et immobilier : l'écologie sacrifiée ?
Plan de rigueur et immobilier : l'écologie sacrifiée ?

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Poursuivant sa politique d'économies budgétaires, le gouvernement, par la voix du Premier ministre François Fillon, a dévoilé fin août son Plan de rigueur. Une rigueur à laquelle seront très prochainement soumises une très grande majorité de niches fiscales dont devraient faire partie les dispositifs issus du Grenelle de l'environnement.

Dans un entretien accordé à France Info ce mardi 30 août, Nathalie Kosciusko-Morizet a annoncé que les dispositifs fiscaux en faveur du développement durable seront également impactés par le Plan de rigueur dévoilé quelques jours plus tôt par François Fillon. « Les niches issues du Grenelle de l'environnement seront aussi concernées », a ainsi déclaré la ministre de l'Ecologie. Si cette annonce sonne comme une bien mauvaise nouvelle pour les particuliers souhaitant notamment entreprendre des travaux de rénovation ou des aménagements à caractère écologique au sein de leur logement, elle illustre surtout la volonté de l'Etat de réaliser des économies sur le plus grand nombre de ses postes de dépense.

Si la ministre de l'Ecologie n'a certes pas précisé quels seront les dispositifs qui subiront cette cure d'amaigrissement fiscale, on peut légitimement penser que des mesures telles que les différents crédits d'impôt dédiés à la rénovation énergétique feront partie du lot. Une baisse de 10% pourrait ainsi être prochainement appliquée aux crédits d'impôt liés à l'installation de panneaux solaires, l'équipement d'une pompe à chaleur ou encore à l'isolation d'un bien immobilier.

A l'heure où la qualité énergétique des logements occupe une place grandissante (notamment par le biais d'un diagnostic immobilier DPE de plus en plus important), la réduction de ces différents dispositifs pourrait porter un sérieux coup d'arrêt aux velléités de rénovation de bon nombre de propriétaires.

Regrettant qu'aucune « loi fiscale verte » ne soit à l'ordre du jour, Gaël Virlouvet, responsable économique au sein de l'association France Nature Environnement, dénonce ici « des micro-mesures qui donnent un coup de pied supplémentaire dans la fiscalité verte déjà mal en point ».

A l'instar du PTZ Plus qui restera en l'état, seule la TVA à taux réduit (5,5%) pour les travaux de rénovation semble devoir échapper à cette politique de rigueur. Une exception qui n'est pas sans importance puisque, comme le rappelle le président de la FFB (Fédération française du bâtiment) Didier Ridoret, « cette TVA à taux réduit a permis l'amélioration énergétique des bâtiments et l'embauche de milliers de salariés ».

Vos réactions

Crédit immobilier - Plan de rigueur et immobilier : l'écologie sacrifiée ?

Noter cet article :

2 3

Par choeur -

dommage de toucher à ce qui peut permettre d'économiser les énergies et rendre les logements moins polluants, espèrons que Mme kosiuzko reverra sa copie. Bonne journée à tous. JM CHOEUR Economiste de la Construction

Lire la suite

Par DESCLAUX -

Ces nouvelles mesures vont encore grever les quelques économies que des propriétaires "moyens" ont peine à maintenir pour des travaux dans leur logement principal, travaux qui sont de plus en plus nombreux car liés à des normes drastiques. Cadre moyen, je pensais que l'investissement dans la pierre serait un bon placement pour ma future retraite, cet investissement est de plus en plus difficile à supporter compte tenu des nombreuses charges et contraintes légales qui s'y appliquent. Sans compter que les versements des loyers par les locataires sont de moins en moins vertueux et que les propriétaires doivent supporter des lois iniques dans ce domaine.
La spirale des mauvaises nouvelles n'est pas prête de s'arrêter pour les propriétaires modestes, c'est assez fatiguant et démoralisant.
Merci.

Lire la suite

Par blutch -

A partir du moment où votre investissement n'est pas dans votre logement principal, n'oubliez pas la plus value que votre bien a pris (de manière très artificielle et déraisonnable) au cours des dernières années. Peut-être que le revenu de la location diminue, mais votre retour sur investissement aujourd'hui à la revente explosera n'importe quel taux bancaire!

Lire la suite

Ajouter un commentaire

Crédit immobilier - Plan de rigueur et immobilier : l'écologie sacrifiée ?

Les commentaires sont fermés pour cette article.

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page