Prêt à taux zéro 2016 : tout ce qui va changer

10/11/2015 à 16:28 - Crédit immobilier - Par - Réagir

Prêt à taux zéro 2016 : tout ce qui va changer
Prêt à taux zéro 2016 : tout ce qui va changer

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Les candidats à l'achat souhaitant profiter d'un prêt à taux zéro savent désormais à quoi s'attendre pour 2016. Présenté officiellement ce lundi, le futur PTZ a de quoi les séduire.

Le PTZ 2015 est mort, vive le PTZ 2016 !

Attendu avec impatience par les professionnels comme par les particuliers, le prêt à taux zéro risque fort de connaître une année 2016 placée sous le signe du renouveau. Accompagnée de Christian Eckert, le secrétaire d'Etat chargé du budget, Sylvia Pinel a en effet dévoilé le visage qu'adoptera le PTZ à compter du 1er janvier prochain. Des modifications destinées à relancer un dispositif en perte de vitesse qui raviront sans doute bon nombre de candidats à l'achat. « Le gouvernement semble avoir compris l'urgence à faire revenir les jeunes sur le marché du logement », analysait à ce propos Philippe Taboret, directeur général adjoint du courtier Cafpi.

Prêt à taux zéro : deux fois plus de ménages concernés

S'il faudra très certainement attendre quelques semaines avant que les banques ne soient véritablement prêtes à débuter sa distribution, le futur PTZ a de quoi convaincre les plus sceptiques. Doté de plafonds de ressource revus à la hausse, cette nouvelle mouture devrait profiter à deux fois plus de ménages. C'est en tout cas ce qu'espère le gouvernement qui table sur quelques 120.000 crédits souscrits sur le seul exercice 2016. « Le relèvement des ressources va permettre à un plus grand nombre de ménages de bénéficier du PTZ dans l'ancien avec travaux. Des mesures qui s'adaptent à l'ensemble du territoire, c'est très bien », a commenté Henry Halna du Fretay, secrétaire général de la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb).

PTZ : des montants quasiment doublés

Plus accessible, le prêt à taux zéro 2016 sera également nettement plus conséquent. Calculé sur la base d'un pourcentage du coût de l'acquisition, son montant sera fixé en fonction d'une seule et unique quotité de 40% (contre 18 à 26% actuellement). Un célibataire résidant en zone A verra par exemple sa capacité d'emprunt passer de 39.000 à 60.000 euros et une famille de 4 personnes en zone B2 pourra compter sur un financement de 88.000 euros (contre 46.200 euros aujourd'hui).

Le différé de remboursement pour tous

Les modalités de remboursement n'ont pas non plus été oubliées et feront elles aussi l'objet d'une profonde refonte. Tous les ménages sans exception pourront en effet bénéficier d'un différé de remboursement. En fonction de leur profil, les emprunteurs ne commenceront donc à s'acquitter de leur PTZ qu'au terme d'une période s'échelonnant entre 5 et 15 ans. La durée de remboursement minimum d'un prêt à taux zéro passera quant à elle de 12 à 20 ans. Pour Jean-Philippe Ruggieri, directeur général de l'immobilier résidentiel chez Nexity, cette modification aura un impact on ne peut plus positif sur le marché. « Cela aura un effet déclencheur dans deux à trois cas sur 10, pour des ménages qui ne parvenaient pas à accéder à la propriété, car leur mensualité va baisser », précise-t-il.

Logements neufs et anciens sur un pied d'égalité

Enfin, dernier ajustement mais non des moindres, les candidats à l'achat d'un bien immobilier ancien seront éligibles au PTZ et ce, quelle que soit leur zone géographique. Jusqu'à présent seules 6000 communes permettaient d'avoir recours à un prêt à taux zéro pour financer un logement ancien. A noter toutefois que l'obligation de réaliser d'importants travaux (25% minimum du coût d'achat) restera encore d'actualité.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page