Prix de l'immobilier : le soufflé parisien retombe

09/09/2014 à 12:33 - Immobilier - Par - Réagir

Prix de l'immobilier : le soufflé parisien retombe
Prix de l'immobilier : le soufflé parisien retombe

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

L'envolée des prix de l'immobilier parisien ne serait-elle plus qu'un mauvais souvenir ? Si la capitale fait toujours figure d'exception dans le paysage immobilier français, tout porte à croire que les prix reprennent désormais contact avec la réalité. Fléchissant sous l'impact d'une baisse des prix s'intensifiant, le mètre carré parisien passe enfin sous la barre des 8000 euros.

Paris : les prix de l'immobilier cèdent du terrain

7930 euros, voici en moyenne le prix auquel s'est négocié le mètre carré à Paris au cours du mois d'août 2014. si un tel prix se révèle encore suffisamment élevé pour exclure du marché une bonne partie des candidats à l'achat, il n'en traduit pas moins une orientation baissière des plus significatives. Après avoir atteints des sommets en juin 2011, l'immobilier parisien redescend donc doucement sur terre. Un atterrissage qui semble s'être accéléré au cours de la période estivale, les prix ayant en effet accusé un repli de -1,5% sur la seule période couvrant les mois de juillet-août.

Si certains acheteurs potentiels ne pourraient voir là que de simples pourcentages, ils se réjouiront toutefois en constatant que le prix du mètre carré a non seulement cédé 350 euros depuis le mois de mars 2014 (s'établissant alors à 8280 euros) mais aussi et surtout 660 euros par rapport au mois de juin 2011 (soit une baisse de -7,7%).

Les banques bloquent le marché et découragent les acheteurs

Conjugué à une baisse des taux de crédit immobilier portant ceux-ci à des niveaux historiquement bas, le recul des prix a donc de quoi renforcé le pouvoir d'achat immobilier des particuliers. Et pourtant, ces derniers sont loin de se précipiter pour concrétiser leurs projets d'acquisition, bien au contraire. Pour Sébastien de Lafond, cet attentisme (voire cette défection) des acheteurs s'explique principalement par un crédit immobilier dont l'accès semble encore interdit à bon nombre de ménages. "Le pouvoir d'achat immobilier a augmenté très significativement, de plus de 20% en 3 ans", note ainsi le président de MeilleursAgents avant de préciser que "ce gain ne concerne qu'un petit nombre d'acheteurs considérés comme solvables par les banques qui maintiennent des conditions d'accès au crédit extrêmement rigoureuses.

Une fin d'année placée sous le signe de la baisse des prix

Enfin, sur le front des perspectives à plus ou moins courts termes, évoquant une correction de l'ordre de -3 à -5%, Sébastien de Lafond estime que "comme en 2012 et en 2013, la baisse des prix initiée au premier semestre, se poursuivra jusqu'à la fin de l'année.

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page