Prix de l'immobilier : un mètre carré à 1936 euros

30/06/2015 à 14:12 - Immobilier - Par - Réagir

Prix de l'immobilier : un mètre carré à 1936 euros
Prix de l'immobilier : un mètre carré à 1936 euros

Partager l'actualité Commenter l'actualité Commenter l'actualité

Suivre toute l'actualité immobilière.

Selon le réseau d'agences Laforêt, le soleil brille de nouveau au-dessus du marché immobilier. Une embellie que l'on doit essentiellement au retour tant espéré des acheteurs.

Les français retrouvent le chemin de l'achat immobilier

Les professionnels de l'immobilier sont pour une fois unanimes, si le rétablissement du marché n'était jusqu'ici évoqué qu'à demi-mots, celui-ci ne semble désormais plus faire de doute. En cette fin juin, les grands réseaux d'agences immobilières se succèdent pour présentant leurs résultats semestriels. Des publications dont le principal enseignement se révèle invariablement le même : le marché immobilier va mieux, revigoré par des candidats à l'achat enfin décidé à concrétiser leur projet. Dernier en date à livrer son bilan du premier semestre 2015, Laforêt Immobilier estime ainsi que « les Français se réengagent sur le marché de l'immobilier ancien » et ce, alors même que « la courbe du chômage est toujours à un niveau élevé et que les incitations fiscales à l'achat concernent essentiellement l'immobilier neuf ».

Nette progression des ventes

Ce renouveau du marché immobilier se traduit par un nombre de transactions en constante progression depuis le début de cette année. A l'échelle nationale, le réseau fait ainsi état d'un volume de ventes de +5,5% sur le semestre qui cache toutefois d'importantes disparités régionales. L'Ile-de-France voit ainsi ses transactions progresser de +3,2% (+3,1% à Paris) alors que ces dernières peuvent bondissent jusqu'à +7,2% en province. « Entre l'envie de devenir propriétaire, le niveau historiquement bas des taux d'intérêts et la baisse continue et contenue des prix de l'immobilier : tous les signaux sont au vert pour s'engager », explique à ce sujet le réseau.

Observation habituelle en ce qui concerne le marché de l'ancien (moins onéreux que le neuf), une part importante des ventes (près d'un tiers) est à mettre à l'actif des primo-accédants. Avec seulement 10% des transactions, les investisseurs préfèrent pour leur part miser sur l'acquisition d'un logement neuf pour lequel ils bénéficieront des avantages offerts par le dispositif de défiscalisation Pinel.

Les prix ont cédé du terrain au 1er semestre

Sur le front des prix, la correction s'établit à une moyenne de -2,8% depuis le début 2015. Si le mètre carré affiche un prix moyen de 1936 euros (soit un niveau comparable à celui observé en 2005), là encore les disparités régionales dictent leur loi au marché. Alors que les maisons voient leur prix progresser de +1% en Alsace, la situation est toute autre en Bretagne où les candidats à l'achat peuvent profiter d'une correction avoisinant les -10%.

Le marché manque encore de vendeurs

Seule ombre au tableau dépeint par Laforêt, les mises en vente recensées au cours du 1er semestre ne semblent pas encore être en mesure de compenser cette progression des ventes et de répondre à une demande soutenue (+6%). Le stock de logements disponibles s'épuisant progressivement, certains pourrait dès lors y voir la perspective d'une hausse des prix à plus ou moins court terme. Le réseau d'agences estime toutefois que « la récente relance des programmes neufs pourrait encourager des mises en vente de logements anciens ».

Vos réactions

commentaire(s)

Consulter toutes les actualités

Partagez
cette
page